Allez au contenu, Allez à la navigation

Liste nationale des espèces susceptibles d'être classées nuisibles

13e législature

Question écrite n° 06709 de M. Jean-Pierre Godefroy (Manche - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/12/2008 - page 2521

M. Jean-Pierre Godefroy attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire sur le projet de retirer la belette et la martre de la liste nationale des espèces susceptibles d'être classées nuisibles.
Le 24 juillet 2008, suite à la table ronde "chasse", le ministère a pris l'engagement de retirer la belette et la martre de la liste nationale des espèces susceptibles d'être classées nuisibles alors que le sujet n'avait pas été abordé lors des réunions précédentes. La table ronde "chasse" s'est réunie à nouveau le 24 septembre 2008 avec notamment pour ordre du jour le déclassement des deux mustélidés. Lors de cette réunion, les scientifiques présents (Muséum d'histoire naturelle, Office national de la chasse et de la faune sauvage) auraient donné un avis défavorable au déclassement, tout comme le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage le 1er octobre 2008. Pourtant, il semblerait que ce projet de déclassement soit toujours à l'ordre du jour.
Les associations de piégeurs dénoncent une mesure, prise sans concertation, contre l'avis des experts, et irréaliste. En effet, le déclassement va à l'encontre d'une gestion apaisée de l'espèce : les personnes victimes de dégâts risquent de régler le problème elles-mêmes sans discernement et de manière trop brutale. Le classement étant fait au niveau des départements en fonction des données locales, il prend donc en compte la réalité du terrain et assure une gestion raisonnée des espèces. Ainsi, si dans certains départements le piégeage peut certainement être interdit, il est aussi utile dans d'autres où l'espèce est importante.
Il souhaite donc savoir si le Gouvernement compte revenir sur sa décision afin permettre aux représentants des différentes associations de chasseurs et d'écologistes de trouver un accord concerté sur ce thème.



Réponse du Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 07/05/2009 - page 1119

Le retrait de la martre et de la belette de la liste des animaux susceptibles d'être classés nuisibles par l'arrêté du 2 décembre 2008 a suscité des interrogations et des inquiétudes qu'il convient tout d'abord de pondérer au regard du nombre limité de départements concernés. En effet, concernant la belette, une dizaine de départements seulement sont totalement couverts par un arrêté préfectoral au titre des nuisibles et, pour la martre, une vingtaine de départements. Une majorité de départements (65 relativement à la belette) se sont abstenus de prendre des arrêtés tandis que nombre d'entre eux s'en tiennent à des arrêtés très localisés. La portée géographique du déclassement est donc relative. Plus largement, les travaux du Grenelle de l'environnement ont changé le regard sur la biodiversité et il importe que les méthodes évoluent, la notion de nuisible devant être reconsidérée à l'aune d'une question globale des espèces et des milieux naturels. Dans ce contexte, suite aux engagements pris par le Gouvernement lors de la séance publique du 18 décembre 2008 à l'Assemblée nationale sur la proposition de loi pour la simplification du droit de la chasse, un travail de réflexion sur les animaux nuisibles a été confié au député Pierre Lang. Il se déroulera pendant le premier semestre 2009, en lien avec les travaux de la table ronde. Ce travail portera notamment sur l'évolution du concept d'espèce nuisible, au profit d'une approche plus globale, centrée sur la gestion des espèces non menacées et prenant en compte un ensemble de facteurs économiques et écologiques. Il examinera l'opportunité d'une évolution du cadre législatif et réglementaire, et notamment du caractère annuel des arrêtés préfectoraux de classement en nuisible. Ce travail sera réalisé en concertation étroite avec les piégeurs et les chasseurs, les associations de protection de nature et les acteurs dont les activités sont fortement impactées par des espèces sauvages non menacées. Par ailleurs, le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire après avoir écouté les arguments des parties concernées a considéré que l'arrêté du 2 décembre 2008 n'avait pas été pris conformément aux principes qui régissent la table ronde sur la chasse. Il lui est apparu nécessaire de disposer des résultats d'un rapport scientifique que le muséum d'histoire naturelle rendra le 15 mai 2009. Le député Pierre Lang doit également faire état des conclusions d'une étude qu'il mène sur ce sujet. Dans l'attente d'une nouvelle discussion sur ces bases au sein de la table ronde chasse, réunissant les chasseurs et les associations de protection de la nature, la martre et la belette ont été réintégrées à la liste des animaux nuisibles par un arrêté en date du 18 mars dernier et publié au Journal officiel de la République française le 20 mars 2009.