Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du lycée

13e législature

Question écrite n° 06744 de Mme Jacqueline Alquier (Tarn - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/12/2008 - page 2525

Mme Jacqueline Alquier attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'importance du maintien, au lycée, de la voie avec dominante sciences de l'ingénieur et de celle des sciences et technologies.

Dans les projets de réforme dont les enseignants ont eu connaissance, et notamment dans celui concernant la classe de seconde, la technologie est noyée, voire quasiment supprimée à ce niveau de scolarité.
Ces enseignants estiment que la technologie, avec un enseignement de type ISI (initiation aux sciences de l'ingénieur) devrait se situer dans le tronc commun des enseignements de seconde, alors qu'un enseignement de type ISP (informatique et système de production) pourrait être proposé en enseignement complémentaire.
En effet, ces disciplines, qui offrent une possibilité unique de concrétisation des savoirs scientifiques ainsi qu'une ouverture vers l'insertion professionnelle, constituent des atouts exceptionnels pour l'éducation, la formation et l'insertion des jeunes.

C'est pourquoi, elle lui demande si les programmes à venir des enseignements en lycée maintiendront bien ces voies de formation qui ont fait leur preuve et qui constituent un axe d'éducation et de formation fondamental pour comprendre et être acteur dans le XXIème siècle.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 02/07/2009 - page 1683

Le 15 janvier 2009, le ministre de l'éducation nationale a confié à M. Richard Descoings, directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, le soin de poursuivre la concertation sur la réforme du lycée. Il s'agit, à l'issue de consultations avec toutes les parties prenantes du système éducatif (lycéens, enseignants, familles, société civile), de tracer les grandes lignes d'une évolution de l'organisation du lycée qui permette de répondre aux besoins des élèves et de promouvoir les conditions d'une réelle équité sociale dans l'accès aux études supérieures. Dans la lettre de mission adressée à Richard Descoings, les grands axes autour desquels la réflexion devra s'articuler ont été précisés : renforcer l'accompagnement des élèves en difficulté tout au long de la scolarité du lycée et réduire les redoublements, particulièrement en classe de seconde ; rééquilibrer la voie technologique par rapport à la voie générale et, à l'intérieur de la voie générale, les dominantes correspondant aux actuelles séries S, ES et L ; mieux préparer les élèves à la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur, aussi bien en termes de méthodes de travail que d'orientation ; donner place et reconnaissance à la responsabilité et à l'engagement des lycéens dans la vie de leur établissement et dans l'organisation de leurs études. C'est dans le cadre des propositions de Richard Descoings que sera traitée la question de la voie technologique et des options de type ISI (initiation aux sciences de l'ingénieur) ou ISP (informatique et système de production) dans l'enseignement du lycée.