Allez au contenu, Allez à la navigation

Inscription des actes d'hémodialyse dans la nomenclature des actes infirmiers

13e législature

Question écrite n° 06859 de M. Gérard Miquel (Lot - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/12/2008 - page 2592

M. Gérard Miquel attire l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur la nécessité d'inscrire l'acte d'hémodialyse dans la nomenclature des actes infirmiers pratiqué depuis 25 ans par les infirmiers libéraux. Son absence dans la nomenclature générale des actes professionnels (NGAP), hors centre, entraîne pour ces derniers la non-reconnaissance de cette compétence spécifique alors que celle-ci est reconnue à la dialyse péritonéale (cotation AMI 16). Elle laisse par ailleurs un vide juridique en matière de responsabilités et provoque une perte de revenus de l'ordre de 6,5 %. Or, les volets insuffisance rénale chronique des schémas régionaux d'organisation sanitaire ont montré l'augmentation du nombre des patients dialysés du fait, d'une part, du vieillissement de la population, de l'incidence de l'hypertension et du diabète et, d'autre part, de l'augmentation de l'espérance de vie des dialysés. Aujourd'hui, 1 100 infirmiers libéraux répondent aux besoins des patients en assurant ces séances de dialyse dans des unités d'autodialyse de proximité, ce qui permet de réduire ainsi le coût de la séance et les frais de transports sanitaires. En conséquence, il lui demande si elle prévoit d'instaurer un cadre juridique adapté afin de pérenniser l'offre et la qualité des soins d'autodialyse offerts par les infirmiers libéraux.



Réponse du Ministère de la santé et des sports

publiée dans le JO Sénat du 21/01/2010 - page 141

L'hémodialyse à domicile constitue l'une des modalités de l'activité de traitement de l'insuffisance rénale chronique par voie d'épuration extrarénale réglementée au titre de l'article R. 6122-25 du code de la santé. L'établissement de santé titulaire de l'autorisation à pratiquer l'hémodialyse à domicile obéit aux conditions d'implantation et conditions techniques de fonctionnement prévues aux articles R. 6123-66 et D. 6124-84 et suivants. La tarification de l'hémodialyse à domicile relève actuellement de l'arrêté du 27 février 2009 fixant pour l'année 2009 les ressources d'assurance maladie des établissements de santé exerçant une activité de médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie. L'annexe VII de celui-ci fixe les tarifs des forfaits « dialyse » des établissements de santé mentionnés au d de l'article L. 162-22-6 du code de la sécurité sociale. Si par ailleurs il existe actuellement un type de dialyse qui fait l'objet d'une cotation dans la nomenclature générale des actes professionnels - NGAP - (cotée AMI4 avec un maximum de 4 séances dans la journée), en l'occurrence la dialyse péritonéale, c'est en raison notamment de gestes médicaux liés à l'accomplissement de cet acte qui diffèrent de ceux de l'hémodialyse. L'enjeu des dispositions réglementaires encadrant l'activité de dialyse est aussi de reconnaître une gradation de la prise en charge en hémodialyse, en termes de surveillance médicale et paramédicale pendant le traitement. Ainsi, les patients hémodialysés autonomes nécessitant une telle surveillance ont plutôt vocation à être pris en charge dans une structure d'autodialyse. En tout état de cause, une réflexion est ouverte au ministère chargé de la santé sur la valorisation des différents types de dialyse, compte tenu du nombre croissant de patients, des évolutions liées au vieillissement de ce public, à la perte d'autonomie et des orientations nationales favorisant le développement des traitements à domicile. Si les conclusions de cette réflexion y amenaient, la décision d'inscription d'un acte d'hémodialyse à domicile dans la NGAP relèverait de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (UNCAM), après avis de la Haute Autorité de santé (HAS), conformément à l'article L. 162-1-7 du code précité.