Allez au contenu, Allez à la navigation

Dépôt des demandes de passeports auprès des maires

13e législature

Question écrite n° 06900 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 25/12/2008 - page 2588

Rappelle la question 00892

M. Jean Louis Masson rappelle à Mme la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales les termes de sa question n°00892 posée le 19/07/2007 concernant le dépôt des demandes de passeports auprès des maires. Celle- ci n'a toujours pas obtenu de réponse c'est-à-dire plus d'un an après qu'elle ait été posée. Il s'étonne tout particulièrement de ce retard très important et il souhaiterait qu'elle lui indique les raisons d'une telle carence.



Réponse du Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 26/02/2009 - page 508

L'article 7 du décret du 26 février 2001 relatif aux conditions de délivrance et de renouvellement des passeports confiait aux maires la tâche de recueillir les demandes portant sur ces titres, de les transmettre aux préfets ou aux sous-préfets et de remettre aux intéressés les passeports établis par ces derniers. Malgré l'annulation de cette disposition par le conseil d'État le 5 janvier 2005, les maires, dans leur immense majorité, ont continué à assumer la mission d'accueil des personnes souhaitant obtenir un titre d'identité ou de voyage. Ainsi la gêne ressentie par les usagers a-t-elle été limitée. Cependant, un certain nombre de communes ont engagé, devant les juridictions administratives, un contentieux indemnitaire contre l'État. Afin de régler ce différend, le Gouvernement a inscrit dans le projet de loi de finances rectificative pour 2008 votée par le Parlement en décembre dernier le principe d'une indemnisation en contrepartie de l'extinction des procédures en cours. Aujourd'hui, conformément à ses engagements internationaux et dans le contexte du nécessaire renforcement de la sécurité des titres qui garantissent l'identité de la personne face au défi de la fraude documentaire, la France a l'obligation de délivrer, avant le 28 juin 2009, un passeport doté de deux composants biométriques. Dans cette perspective, des stations de recueil et d'enregistrement des données biométriques vont être déployées dans 2 000 communes volontaires : ces données seront transmises par voie dématérialisée et sécurisée aux préfectures qui procéderont à l'instruction et à la validation des dossiers. Le passeport, une fois confectionné par l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) à Charleville-Mézières, sera remis à l'usager par la mairie dans laquelle aura été formulée la demande initiale. Le regroupement des tâches d'accueil dans un nombre plus réduit de communes, la conception même du processus de traitement des demandes, allant de la prise de photographie et d'empreintes jusqu'à la remise du titre, la professionnalisation des agents des collectivités en charge de ces attributions et l'utilisation de nouvelles technologies participeront à l'amélioration du service rendu à l'usager et à la sécurisation des titres d'identité.