Allez au contenu, Allez à la navigation

Moyens accordés au département de la Charente pour moderniser et sécuriser la RN 10/ E 606 et la RN 141/ E 606

13e législature

Question écrite n° 07185 de Mme Nicole Bonnefoy (Charente - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 29/01/2009 - page 220

Mme Nicole Bonnefoy attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé des transports sur la nécessité de moderniser et de sécuriser les deux grands axes de circulation de la Charente, la RN 10/ E 606 et la RN 141/ E 606.

En effet, il convient de souligner que tant la RN 10/ E 606, axe international de flux nord-sud, qui supporte chaque jour un trafic compris entre 15000 véhicules par jour au nord du département, 38 000 au droit d'Angoulême et 21 000 au sud, que la RN 141/ E 606 dite centre Europe Atlantique, qui est parcourue par un trafic moyen journalier compris entre 10 000 et 18 000 véhicules, requièrent une urgente mise en niveau et une indispensable modernisation.

Pour le malheur des usagers et des riverains, ces deux grands axes traversent encore de nombreuses villes et agglomérations charentaises et sont encore en chaussée unique sur bon nombre de tronçons à 2 voies et double sens de circulation.

Ces secteurs de route, notamment à cause de la grande quantité de poids lourds sont extrêmement dangereux. La RN 10/ E 606 est considérée comme l'une des routes nationales les plus accidentogènes de France. On y dénombre chaque année de nombreux décès ou de vies brisées.

Depuis plus de 30 ans, l'ensemble des élus de la Charente, demande aux différents gouvernements qui se succèdent que ce problème soit résolu mais sans résultat. Selon les estimations, il faudrait environ 500 millions d'euros pour que tout le réseau routier charentais soit enfin mis aux normes.

Très prochainement, le Gouvernement va dévoiler le plan de modernisation des itinéraires (PDMI), fixant les priorités routières pour la période 2009-2013.

Aussi, elle lui demande quels moyens le Gouvernement entend accorder au département de la Charente pour sécuriser les deux axes routiers et ainsi répondre au plus vite à l'inquiétude, à la peur et à l'exaspération des usagers.



Réponse du Secrétariat d'État aux transports

publiée dans le JO Sénat du 06/05/2010 - page 1161

La programmation des opérations routières sur les axes RN 10 et RN 141 s'inscrit désormais dans le cadre des programmes de modernisation des itinéraires routiers (PDMI), qui succèdent aux volets routiers des contrats de plan État-régions (CPER), pour la période 2009-2014. L'importance des aménagements à réaliser, les contraintes budgétaires régissant l'exercice au niveau national et le faible engagement des collectivités territoriales aux côtés de l'État ont rendu l'élaboration du PDMI Poitou-Charentes délicate. Des arbitrages difficiles ont donc été nécessaires. Le PDMI Poitou-Charentes est aujourd'hui validé. En apportant 195 millions d'euros, l'État fait un effort très important pour la modernisation du réseau routier de cette région. En outre, il apportera 30 millions d'euros complémentaires pour l'aménagement de la liaison Cholet-Bressuire. Concernant plus spécifiquement l'aménagement de la RN 141, il convient de rappeler que 7 millions d'euros ont été inscrits au plan de relance pour accélérer les travaux de la déviation de La Rochefoucaud. Le PDMI prévoit l'achèvement de cette déviation et la réalisation de la déviation de Chabanais et Étagnac. Concernant la RN 10 en Charente, le PDMI retient l'aménagement de la section Reignac-Chevanceaux et de l'échangeur de Mansles-Tourrier, l'achèvement de la déviation des Chauvauds et de la section Roullet-Barbezieux. Le PDMI Poitou-Charentes constitue ainsi, dans le contexte actuel, un programme ambitieux pour répondre aux enjeux des territoires concernés.