Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression des émissions de RFI en langue allemande

13e législature

Question écrite n° 07347 de M. Jean-Pierre Chevènement (Territoire de Belfort - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 05/02/2009 - page 276

M. Jean-Pierre Chevènement attire l'attention de Mme la ministre de la culture et de la communication à propos de la fermeture de la rédaction allemande de RFI.
Le 24 octobre dernier, la nouvelle direction de RFI a annoncé qu'elle voulait fermer sa rédaction allemande à partir du 31 janvier 2009. Cette décision mettrait un terme à une longue tradition d'émissions de cette radio en langue allemande, source de rapprochement entre nos deux nations.
Les justifications données par la direction sont avant tout d'ordre budgétaire, faisant fi de toute priorité culturelle et politique. RFI en langue allemande ne serait écoutée que par une infime minorité d'auditeurs.
Une campagne de mobilisation contre cette décision a rassemblé un nombre considérable de signatures de protestation de personnalités de la vie politique, économique, culturelle et scientifique allemande.
À l'heure où la relation franco-allemande, moteur de la construction européenne, a plus que jamais besoin d'être renforcée, il lui demande de justifier politiquement et culturellement cette décision.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 11/06/2009 - page 1450

La coopération franco-allemande constitue et demeure une priorité pour la France, y compris dans le secteur audiovisuel, comme en témoigne le succès constant que représente ARTE. La réorganisation actuelle de Radio France internationale (RFI) s'inscrit dans le cadre plus général de la réforme de l'audiovisuel extérieur français, décidée par le Président de la République. Cette réforme va permettre de moderniser et de mieux coordonner les entités qui composent l'audiovisuel public extérieur, à savoir RFI, France 24 et TV5 Monde, à travers la mise en place de synergies, tout en incitant ces sociétés à améliorer leur gestion. La réforme en cours a ainsi pour objectifs d'améliorer la cohérence de la politique audiovisuelle extérieure de la France, la lisibilité de ses orientations stratégiques et l'efficacité de chacun de ses opérateurs. Dans ce cadre, la modernisation de RFI, dont les audiences et la situation financière se sont dégradées depuis quelques années, est indispensable. Ce projet de modernisation, dont dépend l'avenir de la société, implique nécessairement une redéfinition de ses missions et de ses priorités géographiques. Les évolutions géopolitiques en Allemagne ont bouleversé le paysage audiovisuel allemand, transformant considérablement le rôle que pouvait y jouer RFI. L'audience extrêmement confidentielle des deux heures par jour d'émission en langue allemande diffusées par RFI en Allemagne (en dessous de 0,01 %) témoigne du faible impact de ces programmes sur les populations. A contrario, il faut rappeler que Deutsche Welle ne diffuse plus de programmes en français depuis sept ans. Dans un tel contexte, et compte tenu des coûts importants de diffusion de ces programmes, notamment en Saxe, il ne pouvait être envisagé de conserver la rédaction allemande de RFI.