Allez au contenu, Allez à la navigation

Expérimentations menées en septembre 2009 dans des lycées

13e législature

Question écrite n° 08554 de Mme Brigitte Gonthier-Maurin (Hauts-de-Seine - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 30/04/2009 - page 1045

Mme Brigitte Gonthier-Maurin interroge M. le ministre de l'éducation nationale sur les expérimentations qu'il entend mener dans des lycées en septembre 2009.
Le ministère a en effet annoncé, dans le cadre de la réforme du lycée, que des expérimentations concernant « la gestion du temps et l'organisation des classes » allaient être conduites à la rentrée prochaine dans une centaine de lycées.
L'annonce de ces expérimentations s'étant faite sans plus de précision, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer sur quoi porteront précisément ces expérimentations et dans quels établissements elles seront menées.
De plus, elle lui demande sur quelles bases se feront ces expérimentations. En effet, compte tenu du calendrier retenu par le ministère, et alors même que la « mission de concertation sur le lycée », confiée en début d'année au directeur de l'institut d'études politiques de Paris ne rendra sa contribution définitive qu'au mois d'octobre, elle s'inquiète de voir ces expérimentations menées à partir d'un projet de réforme pourtant massivement rejeté en décembre dernier par la communauté éducative.
Enfin, elle souhaite l'interroger à propos de l'utilisation des nouvelles maquettes de seconde, notamment en mathématiques, élaborées dans le cadre du projet de réforme pourtant reporté. En effet, des enseignants sont sollicités pour donner leur avis sur celles-ci pour une mise en œuvre dès la rentrée prochaine. Or, il semble que ces maquettes préparent une modularisation de fait des enseignements en seconde alors même que cette question fait encore largement débat.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 02/09/2010 - page 2273

L'article 34 de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005 dispose que pour tout école ou établissement scolaire, au sein du projet d'école ou d'établissement, « [...] sous réserve de l'autorisation préalable des autorités académiques, le projet d'école ou d'établissement peut prévoir la réalisation d'expérimentations, pour une durée maximum de cinq ans, portant sur l'enseignement des disciplines, l'interdisciplinarité, l'organisation pédagogique de la classe, de l'école ou de l'établissement, la coopération avec les partenaires du système éducatif, les échanges ou le jumelage avec des établissements étrangers d'enseignement scolaire [...] ». Encourager les équipes éducatives à exercer leur créativité et leur responsabilité pour proposer des démarches et des organisations nouvelles contribue à la réussite de tous les élèves. Actuellement, plus de 900 écoles et établissements sont engagés dans des expérimentations pédagogiques. L'expérimentation en lycée, à laquelle vous faites référence, s'inscrit tout naturellement dans ce cadre. C'est ainsi qu'environ 120 lycées (publics et privés confondus) expérimentent de nouvelles modalités pédagogiques avec pour objet, entre autres, la diminution du nombre de redoublements en seconde, la satisfaction du premier choix de l'orientation en fin de seconde, l'élévation du niveau de maîtrise des langues vivantes étrangères et l'augmentation des inscriptions dans les filières du supérieur. Par ailleurs, le projet de programme de mathématiques pour la classe de seconde mis en consultation auprès des enseignants au printemps 2009 a fait l'objet de nombreux ajustements prenant en compte les remontées de cette consultation. Toute référence à une modularisation a été supprimée. Ce programme a été publié au Bulletin officiel n° 30 du 23 juillet 2009.