Allez au contenu, Allez à la navigation

Fermeture du consulat de France à Haïfa

13e législature

Question écrite n° 08850 de Mme Monique Cerisier-ben Guiga (Français établis hors de France - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/05/2009 - page 1310

Mme Monique Cerisier-ben Guiga attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la fermeture du consulat de France à Haïfa.

Pour les 20 000 Français de Galilée (dont 13 500 sont inscrits au consulat) qui composent une population souvent âgée et modeste, dispersée dans tout le nord d'Israël mal desservi en moyens de communications, le projet visant à transformer le consulat de France à Haïfa en consulat à gestion simplifiée signe une forme d'abandon.

En faisant du consulat général de France de Tel Aviv (45 000 inscrits aujourd'hui) une plate forme géante, de nouveaux locaux seront nécessaires, générateurs de coûts supplémentaires. Par ailleurs, il n'y pas de maillage ferroviaire ni de liaisons transversales en Galilée, si bien que les Français de la région devraient emprunter trois ou quatre autobus, à l'aller et autant au retour pour se rendre à Tel Aviv afin de régler les démarches administratives indispensables.

Le consulat de Haïfa est l'un des plus anciens au Proche-Orient, héritier et vecteur d'une politique multiséculaire en faveur des minorités arabes, bahaï et druze de Galilée.

La fermeture du consulat serait une erreur, tant du point de vue politique qu'eu égard aux 13 500 Français de Galilée.

Elle lui demande que soient maintenues les attributions du consulat de Haïfa.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 14/01/2010 - page 69

Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques amorcée en juillet 2007, le ministère des affaires étrangères et européennes s'est engagé à moderniser le réseau consulaire français tout en maîtrisant les dépenses publiques. Le plan de transformation de notre dispositif consulaire en Israël répond à ce souci, afin d'optimiser le service aux ressortissants français. La reconfiguration du poste d'Haïfa en un consulat à gestion simplifiée et la consolidation du consulat de Tel-Aviv, amené à devenir une « plate-forme consulaire centrale » permettront d'améliorer les conditions d'accueil de nos ressortissants, d'accélérer le traitement de leurs dossiers et de renforcer la sécurité des locaux. Le consulat général de France d'Haïfa n'en perdra pas pour autant sa capacité à fournir une aide et une assistance en cas de crise, comme il l'a fait durant la guerre de 2006, tandis que la rénovation des conditions d'accueil et la modernisation du service limiteront la gêne occasionnée. La France n'ayant nullement l'intention d'abandonner ses ressortissants, la présence d'un poste consulaire à Haïfa n'est aucunement remise en cause. Le consulat pourra ainsi poursuivre également sa mission d'influence et de dialogue auprès des différentes composantes de la population du nord d'Israël. Notre ambassade est tout à fait disposée à échanger sur ce sujet avec le maire d'Haïfa ainsi qu'avec les élus et les associations sur place.