Allez au contenu, Allez à la navigation

Menace de fermeture de l'Institut français d'Édimbourg

13e législature

Question écrite n° 09118 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 11/06/2009 - page 1427

Mme Joëlle Garriaud-Maylam interroge M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la menace de fermeture de l'Institut français d'Edimbourg. Elle s'inquiète de l'impact d'une telle mesure sur le rayonnement culturel de la France au Royaume Uni qui ne compte actuellement que deux instituts français, à Londres et Edimbourg.

Depuis plus de 60 ans, l'Institut français d'Edimbourg est un pivot essentiel de l'action culturelle de la France en Ecosse. Il est aussi, depuis la fermeture du poste d'expansion économique d'Edimbourg en 2004, l'un des derniers symboles forts des liens étroits qui lient nos deux nations. Il est une institution incontournable dans la vie de la communauté francophone et francophile d'Ecosse, et contribue largement à la promotion de notre langue, de notre culture et de nos intérêts économiques dans une ville très marquée par la « Auld Alliance » et qui ressentirait comme une forme de trahison la fermeture de cet Institut.

La création d'une Alliance française à Edimbourg permettrait certes de compenser partiellement la fermeture de l'Institut français. Toutefois, l'action culturelle ne constitue qu'une mission secondaire pour le réseau des Alliances françaises dont la vocation principale reste l'enseignement de la langue française.

Par respect pour les liens historiques qui unissent la France et l'Ecosse et dans le souci de nos intérêts nationaux, elle souhaiterait lui demander de renoncer à cette décision de fermeture de notre seule représentation culturelle en Ecosse.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 15/10/2009 - page 2413

La restructuration de l'Institut français d'Écosse s'intègre dans le cadre général du redéploiement de notre réseau de coopération culturelle en Europe, lequel doit être modernisé afin de s'adapter au type de coopération que nous comptons mener sur ce continent (priorité accordée à la recherche de partenariats avec les institutions locales, développement de ressources numériques) et aux restrictions budgétaires qui pèsent sur l'enveloppe du programme 185. La perspective de restructurer notre dispositif à Édimbourg repose sur deux considérations principales : 1. des contraintes budgétaires de plus en plus pesantes, l'enveloppe du poste en diminution constante devant supporter trois établissements à autonomie financière (EAF) : l'Institut français du Royaume-Uni (IFRU), dont la situation budgétaire est fragile ; la Maison française d'Oxford (IFRE) ; l'Institut français d'Écosse (IFE) enfin. Les trois structures représentent une charge de 691 500 euros (titres III et VI) sur un budget global de 1 531 000 euros, soit plus de 45 % de l'enveloppe (taux qui ne cesse d'augmenter d'année en année). L'IFE pèse sur cette enveloppe à hauteur de 174 000 euros (dont 110 000 euros en titre III), alors que les crédits délégués pour les opérations de coopération ne cessent de diminuer ; 2. la nécessité de bénéficier d'un dispositif en Écosse, qui a renégocié son statut à l'égard du Royaume-Uni, et avec laquelle les échanges, notamment universitaires et éducatifs (déclaration d'intention en matière éducative signée en 2004) sont fournis. Dans le cadre du projet de relance de la diplomatie culturelle française, le ministre a donné instruction de surseoir à toute fermeture d'établissements culturels français à l'étranger, ceci comprenant l'Institut français d'Édimbourg. La réflexion actuellement menée par le poste et le département ne correspond en aucun cas à une remise en cause de notre présence en Écosse : l'enseignement du français et la coopération éducative resteront une priorité (présence du poste d'attaché de coopération linguistique à Édimbourg), au même titre que la coopération universitaire et scientifique (appui du service de coopération et d'action culturelle [SCAC] de Londres) et la coopération artistique. L'objectif n'est pas de réduire la présence culturelle française en Écosse, riche et vivante, mais de la moderniser et de l'adapter aux attentes du public écossais. À ce titre, un directeur sera nommé en septembre 2009 et chargé de présenter, en liaison avec le SCAC, un plan d'action répondant aux buts fixés.