Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de l'enseignement de la médecine générale à l'université

13e législature

Question écrite n° 09487 de M. Ivan Renar (Nord - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 09/07/2009 - page 1742

M. Ivan Renar attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur l'enseignement de la médecine générale à l'université. D'année en année, le taux d'encadrement des étudiants régresse. En effet, alors que les effectifs étudiants ne cessent d'augmenter, le nombre d'enseignants demeure par trop insuffisant. Cette année encore, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche n'envisage la création que de 8 postes pour toute la France. Le sous-effectif d'enseignants en médecine générale est pourtant reconnu. Chacun s'accorde à reconnaître les conséquences désastreuses de cette pénurie d'enseignants sur la démographie médicale pour les toutes prochaines années : ainsi, lors des débats consacrés au projet de loi portant réforme de l'hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires, le Parlement a-t-il jugé nécessaire de procéder d'urgence au recrutement d'enseignants en médecine générale. En témoignent les dispositions figurant à l'article 47 du texte de loi. Aussi apparaît-il indispensable que les propositions de la sous-section 53-01 du Conseil national des universités (CNU) soient entendues : dès la rentrée prochaine, 20 à 30 enseignants associés pourraient être nommés. Par ailleurs, il serait plus que souhaitable que le principe d'un recrutement annuel de 2 enseignants associés par faculté soit adopté. Il lui demande de lui indiquer les suites qu'elle entend réserver à ces propositions et les dispositions qu'elle entend mettre en oeuvre afin de renforcer l'enseignement de la médecine générale à l'université.



Réponse du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 24/12/2009 - page 3021

Une grande célérité a prévalu dans l'application de la loi n° 2008-112 du 8 février 2008 relative à la mise en place de la filière universitaire de médecine générale, un délai de sept mois seulement s'étant écoulé entre le dépôt de la proposition de loi et la publication du décret statutaire. Cette reconnaissance statutaire se double d'un effort sans précédent en moyens humains. Depuis 2007, quatre-vingt-treize postes ont été créés. La continuité dans cet effort sera marquée par l'application des dispositions de l'article 47 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST). Les postes prévus seront ouverts : vingt postes de professeur, trente postes de maître de conférences et cinquante postes de chef de clinique. À ce stade, il est prématuré de se prononcer sur l'aboutissement de cette première procédure de recrutement. Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche s'attache avant tout aujourd'hui à une gestion pluriannuelle et raisonnée des emplois. C'est pourquoi l'accent est mis sur le recrutement des chefs de clinique : quarante-sept chefs de clinique ont été recrutés depuis 2007. Ils constitueront le vivier dans lequel seront recrutés les futurs maîtres de conférences et professeurs titulaires. Trois voies existent, en effet, pour constituer cette nouvelle filière. La première est celle du recrutement des associés : cette voie a vocation à s'éteindre progressivement du fait du nouveau statut. Elle sera néanmoins maintenue pour assurer les formations tant que le vivier des titulaires n'est pas constitué. Pour cette seule rentrée, douze maîtres de conférences associés sont élevés au rang de professeurs associés et, conformément aux propositions du Conseil national des universités (CNU), vingt-sept candidats aux postes de maîtres de conférences associés ont été recrutés. La deuxième voie pour faire vivre cette nouvelle filière de médecine générale est l'intégration dans le corps. Elle a commencé dès cette année avec l'intégration de dix professeurs associés dans les nouveaux corps de professeurs titulaires. Enfin, la troisième voie, amenée à devenir la voie « classique », est, naturellement, celle du concours. Tous les verrous réglementaires ayant été levés, il sera organisé pour la première fois cette année universitaire, au printemps, comme pour toutes les autres disciplines médicales. Les doyens de médecine participent à la mise en oeuvre de cette nouvelle filière, dans un contexte pourtant difficile de non-création d'emplois et de vivier de candidats incertain. Dans la poursuite de cet objectif, il convient de souligner l'importance du nécessaire maintien de l'équilibre entre les filières universitaires, notamment au sein des centres hospitaliers universitaires (CHU) ; l'excellence scientifique devra donc être garantie dès les premiers recrutements qui seront opérés au titre de l'année universitaire 2010.