Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des personnels d'insertion et de probation de l'administration pénitentiaire

13e législature

Question écrite n° 09621 de M. Alain Fauconnier (Aveyron - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/07/2009 - page 1788

M. Alain Fauconnier attire l'attention de Mme la ministre d'État, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés sur la situation des personnels d'insertion et de probation de l'administration pénitentiaire. Ceux-ci ont lancé, en avril 2008, un mouvement social visant à améliorer leur statut, réclamant une revalorisation indiciaire départie de la scission des missions des conseillers d'insertion et de probation et assistants de services sociaux, de la régulation des horaires de travail des agents et du déploiement d'un régime indemnitaire modulable. Il lui demande en conséquence de lui indiquer quelle est la réponse du Gouvernement à cette revendication.



Réponse du Ministère de la justice

publiée dans le JO Sénat du 01/10/2009 - page 2310

Une attention particulière est apportée à la réforme du statut de la filière des personnels d'insertion et de probation de la direction de l'administration pénitentiaire. Un protocole a été signé par le Syndicat national de l'ensemble des personnels de l'administration pénitentiaire (SNEPAP-FSU) et la direction de l'administration pénitentiaire le 9 juillet 2009. Il représente l'aboutissement de longs mois de réflexion partenariale qui ont permis d'inscrire cette réforme dans la durée en donnant aux personnels toutes garanties nécessaires. Il a également fait l'objet de plusieurs réunions interministérielles. Le protocole définit un coeur de métier spécifique basé sur la prévention de la récidive et l'aménagement des peines. L'action des personnels est ainsi pleinement positionnée au sein de la filière pénitentiaire et clairement sur le champ pénal et criminologique. Il rappelle que l'action des SPIP se fait dans le cadre de l'exécution d'une décision pénale. Cette réforme statutaire et indemnitaire a pour objectif de revaloriser la filière insertion et probation. La mise en oeuvre de ces orientations nécessite un engagement de long terme et progressif s'appliquant dans un cadre pluriannuel qui s'échelonnera jusqu'en 2013, afin de ne pas déstabiliser les services déjà fortement mobilisés.