Allez au contenu, Allez à la navigation

Gratuité des musées

13e législature

Question écrite n° 11048 de M. Gérard Dériot (Allier - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 26/11/2009 - page 2725

M. Gérard Dériot attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la mise en place de la gratuité dans les musées pour les jeunes de moins de 26 ans de l'Union européenne. Cette mesure voulue par le Président de la République constitue pour eux une opportunité puisqu'elle permet d'étendre considérablement l'accès à la culture des plus jeunes. Ainsi, il souhaite savoir si des études d'impact de cette mesure ont été faites afin d'interroger et de comprendre les motivations des jeunes visiteurs bénéficiaires de ce dispositif. Enfin, il souhaite savoir si cette mesure a permis et a eu les effets escomptés d'un accès de tous et des plus jeunes à la culture.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 03/06/2010 - page 1390

L'expérimentation préalable, conduite durant le premier semestre 2008 dans quatorze établissements nationaux, répartis sur tout le territoire, a confirmé l'utilité des politiques de discrimination tarifaire en direction de publics ciblés et révélé notamment un fort impact sur les jeunes de dix-huit à vingt-cinq ans qui ne se rendent pas spontanément dans les musées. Aussi, depuis le 4 avril 2009, la gratuité des collections permanentes des musées et monuments nationaux est effective pour les jeunes de moins de vingt-six ans, ressortissants de l'un des vingt-sept pays de l'Union européenne, ainsi que pour les enseignants du premier et du second degré de l'éducation nationale. Cette mesure a rencontré un vrai succès, avec une hausse de 15 % du nombre de jeunes visiteurs. Le ministre de la culture et de la communication a décidé, dans un second temps, de donner une ampleur accrue à cette mesure. Depuis le 1er août 2009, tout jeune de moins de vingt-six ans, quelle que soit sa nationalité, dès lors qu'il réside régulièrement dans l'un des pays de l'Union européenne, peut accéder gratuitement aux collections des musées et monuments nationaux. Compte tenu de la portée déjà exceptionnelle de ce dispositif par le nombre de bénéficiaires potentiels, il n'est pas envisagé de procéder à un nouvel élargissement en supprimant la condition d'âge pour les étudiants. Outre les cinquante musées dépendant directement de l'État et relevant des secteurs ministériels de la culture, de la défense, ou de l'éducation nationale, une centaine de monuments nationaux sur l'ensemble du territoire sont concernés, parmi lesquels l'arc de Triomphe, les châteaux de Versailles, Chambord et Fontainebleau, le Mont-Saint-Michel ou encore le Panthéon. Cette mesure de gratuité, outre qu'elle favorise l'éducation artistique et culturelle et encourage le développement de l'histoire des arts à l'école, contribue aussi à la diversification des publics, s'inscrivant, par là-même, dans le cadre général de la réflexion, voulue par le Président de la République et menée par l'ensemble du Gouvernement, en vue de la démocratisation des pratiques culturelles.