Allez au contenu, Allez à la navigation

Place de l'enseignement des sciences économiques et sociales en classe de seconde

13e législature

Question écrite n° 11132 de M. Paul Raoult (Nord - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/11/2009 - page 2730

M. Paul Raoult appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la place de l'enseignement des sciences économiques et sociales en classe de seconde.
En effet, le 19 novembre, il a annoncé que dans le cadre de la réforme du lycée, les élèves devraient, à leur inscription en seconde, choisir deux enseignements d'exploration d'une durée hebdomadaire de 1 h 30, dont au moins un parmi les enseignements suivants : « sciences économiques et sociales » (SES) ou « économie appliquée et gestion ».
Pour les enseignants des SES, cette disposition va encore aggraver la situation de leur discipline, qui n'est déjà plus que l'une des options de détermination de la classe de seconde mais bénéficie d'une durée d'enseignement hebdomadaire de 2 h 30.
Au contraire, ils souhaitent que les SES fassent l'objet d'un enseignement obligatoire durant au moins une des sept années du secondaire, en classe de seconde, en accord avec lui qui, le 14 décembre 2008, avait annoncé : « La réforme du lycée comprendra un tronc commun avec le français, les maths, l'histoire, deux langues vivantes et les sciences économiques. Jusqu'à présent, celles-ci n'étaient qu'une option. La situation actuelle a montré combien la compréhension des mécanismes économiques était importante. Le tronc commun sera enrichi par cet enseignement à raison d'une heure et demie par semaine. »
Comme il le soulignait lui-même voici un an, nul ne saurait contester l'intérêt de cette discipline pour fournir aux élèves les clefs de compréhension d'enjeux majeurs tels que la mondialisation, le marché, l'entreprise, la mobilité sociale, la croissance économique, les inégalités, l'organisation du travail, le chômage, etc...
Aussi, il lui demande de bien vouloir prendre en considération l'importance des SES tant pour les lycéens que pour l'intérêt général en envisageant de rendre leur enseignement obligatoire en classe de seconde.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 22/04/2010 - page 1020

Le Président de la République a présenté le 13 octobre dernier les ambitions de la réforme du lycée, qui entrera en vigueur à la rentrée 2010. Cette réforme, qui vise à permettre la réussite de chaque élève et à mieux préparer aux études supérieures, poursuit trois objectifs principaux : mieux orienter chaque lycéen, mieux accompagner chaque élève et mieux adapter le lycée à son époque. Pour atteindre ces objectifs, le ministre de l'éducation nationale a en particulier proposé que la spécialisation intervienne plus progressivement, afin de permettre, encore en classe de première, des changements de parcours pour les élèves qui se seraient trompés dans leur choix en fin de seconde et qui exprimeraient le souhait de changer de série. Cela suppose une évolution du rôle assigné à chacune des trois années du lycée. La classe de seconde sera ainsi réaffirmée dans sa vocation de classe de détermination. Elle sera essentiellement consacrée aux enseignements généraux, tout en permettant d'explorer deux disciplines ou champs disciplinaires nouveaux, à raison de 1 h 30 min hebdomadaire chacun contre un seul aujourd'hui d'une durée de trois heures (2 h 30 min pour les SES). La vocation de ces enseignements d'exploration est de mieux éclairer les choix d'orientation vers les différentes voies ou séries offertes à partir de la classe de première. Toutefois, parmi ces deux enseignements d'exploration, chaque lycéen choisira au moins un enseignement d'économie (sciences économiques et sociales ou principes fondamentaux de l'économie et de la gestion). En effet, les évolutions de notre monde et la crise récente révèlent plus que jamais le besoin de comprendre l'économie et la place que celle-ci occupe dans nos sociétés contemporaines et dans la vie quotidienne de chacun. Cette initiation à l'économie offerte dorénavant à tous les lycéens est une innovation importante qui était attendue par tous les Français. Cet enseignement d'économie devrait, en outre, permettre à tous les lycéens de mieux identifier les parcours de formation au lycée puis dans l'enseignement supérieur. La classe de première, tout en amorçant un début de spécialisation, sera bâtie sur un ensemble important de disciplines (français, histoire et géographie, langues vivantes, éducation physique et sportive, éducation civique juridique et sociale), communes aux différentes séries générales (ES, L ou S) et constitutives d'une culture partagée. Les changements de série seront ainsi facilités car les élèves n'auront qu'à acquérir les contenus des disciplines spécifiques de la nouvelle série d'accueil, ce qui sera possible dans le cadre des « stages passerelles » organisés à cette fin. La classe terminale enfin, grâce à une spécialisation plus affirmée, permettra une meilleure préparation aux études supérieures. Cette réorganisation pédagogique, qui vise aussi le rééquilibrage entre les différentes séries, préservera, sur l'ensemble du lycée, les grands équilibres entre les disciplines actuellement enseignées. Ainsi, la place des sciences économiques et sociales n'est en aucun cas remise en cause. Les SES demeurent la discipline dominante des classes de première et terminale ES. Avec l'enseignement d'exploration en classe de seconde, un élève de la série ES, durant sa scolarité au lycée, aura bénéficié d'un enseignement de SES de plus 400 h, et même plus de 450 h pour ceux qui choisiront l'enseignement de spécialité. Encore ce calcul ne tient-il pas compte du temps consacré à cette discipline dans le cadre de l'accompagnement personnalisé. En effet, pour répondre aux besoins spécifiques de chaque élève, le ministre de l'éducation nationale a proposé la création d'un temps d'accompagnement personnalisé, destiné à tous les élèves, de la classe de seconde à la classe terminale. Cet enseignement pourra prendre la forme d'un soutien personnalisé, d'une aide méthodologique, d'un approfondissement ou encore d'une aide à l'orientation. D'une durée de deux heures par semaine, l'accompagnement personnalisé sera intégré à l'emploi du temps des élèves. Il est en effet important de ne pas alourdir davantage la semaine des lycéens, qui figure déjà parmi les plus chargées en Europe. Sa mise en place suppose donc une redéfinition des horaires et des programmes par discipline. Ces dispositions sont de nature à renforcer l'efficacité des apprentissages dans toutes les disciplines grâce à une réponse pédagogique mieux adaptée aux besoins des élèves, sans remettre en cause, de quelque manière que ce soit, le niveau des enseignements dispensés.