Allez au contenu, Allez à la navigation

Engagement d'urgence en faveur des sans domicile fixe

13e législature

Question écrite n° 11844 de M. Yves Chastan (Ardèche - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/01/2010 - page 169

M. Yves Chastan attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé du logement et de l'urbanisme sur la situation des sans domicile fixe (SDF).

En 2009, près de 340 d'entre eux sont décédés dans la rue, fragilisés par des conditions de vie précaires et des épisodes de grand froid.

Le code de l'action sociale et des familles prévoit, dans son article L. 345-2-2 créé par la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion, que « toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence ».

Or, de nombreux professionnels de l'urgence sociale, en Rhône-Alpes comme ailleurs, s'alarment du manque de structures d'accueil d'urgence et plaident pour l'ouverture de nouveaux centres d'hébergement d'urgence pérennes.

Désireux de mieux protéger les populations SDF, il lui demande donc de bien vouloir lui faire part des mesures que le Gouvernement entend prendre afin d'améliorer leur hébergement. Il lui paraît en effet primordial qu'un engagement financier conséquent soit réalisé afin d'enrayer durablement le décompte macabre de SDF morts dans la rue et de leur offrir des possibilités d'hébergement à plus ou moins long terme, seule garantie d'une meilleure réinsertion sociale.



Réponse du Secrétariat d'État chargé du logement

publiée dans le JO Sénat du 30/12/2010 - page 3374

Le Gouvernement a engagé, le 10 novembre 2009, une refondation généreuse, ambitieuse et partagée du secteur de l'hébergement et de l'accès au logement au travers de la stratégie nationale de prise en charge des personnes sans abri ou mal logées sur la période 2009-2012. Cette démarche, qui s'inscrit dans le prolongement des actions menées par le Gouvernement depuis 2008, vise à mettre en place un service public de l'hébergement et de l'accès au logement de ces publics particulièrement fragiles afin qu'ils bénéficient d'une prise en charge adaptée à leurs besoins. Neuf mois après son lancement, la stratégie nationale a déjà produit ses premiers effets qui témoignent de la volonté du Gouvernement de privilégier l'accès ou le maintien dans le logement plutôt que l'hébergement. Ainsi, le principe du « logement d'abord » s'est traduit par une mobilisation accrue d'une offre de logement accessible aux ménages, par la production neuve et la mobilisation optimisée de l'offre existante. Par ailleurs, la captation de logements vacants au moyen de l'intermédiation locative et la production de logements adaptés, comme les pensions de famille, doivent favoriser la fluidité de l'hébergement vers le logement et permettre ainsi aux ménages qui y sont prêts à accéder à cette forme de logement. Cet accès au logement est également rendu possible et favorisé grâce aux mesures exceptionnelles d'accompagnement des personnes ainsi qu'à celles permettant un meilleur accueil et une orientation adaptée aux besoins de la personne au travers de la mise en place des services intégrés d'accueil et d'orientation ou encore de l'humanisation des centres d'hébergement. L'ensemble de ces évolutions, qui ont lieu dans le dialogue et la concertation avec le secteur associatif, est accompagné par l'État. En effet, les récents arbitrages budgétaires, avec notamment l'octroi exceptionnel d'un décret d'avance de 110 M€ pour clôturer l'exercice 2010 du budget consacré à la lutte contre l'exclusion (programme 177), témoignent de la priorité donnée par le Gouvernement à la refondation de la politique d'hébergement et d'accès au logement des personnes sans abri ou risquant de l'être. Pour l'année 2011, le budget consacré à la lutte contre l'exclusion augmentera de près de 8 % pour atteindre 1,187 M€ qui seront inscrits en loi de finances initiale. Cette dotation mettra fin aux abondements en cours de gestion et donnera ainsi de la visibilité dès le début d'année aux services de l'État et à l'ensemble du secteur associatif. Les acteurs de la veille sociale, de l'hébergement, qu'il soit d'urgence ou d'insertion, et du logement adapté seront sécurisés dans leur financement. Dans ce cadre, des conventions pluriannuelles d'objectifs et de moyens pourront être conclues dès 2011 avec le secteur associatif avant d'être généralisées en 2012. C'est la garantie d'une meilleure prise en charge pour les personnes accueillies.