Allez au contenu, Allez à la navigation

Moyens accordés aux centres de documentation et d'information

13e législature

Question écrite n° 13482 de M. Gérard Miquel (Lot - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/05/2010 - page 1194

M. Gérard Miquel appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur les menaces que font peser sur la discipline de la formation à la recherche documentaire les restrictions de moyens appliquées aux établissements scolaires. Ils ne permettent manifestement plus de répondre correctement aux besoins pédagogiques de la communauté scolaire, dans les domaines de la formation à la recherche documentaire, de l'éducation aux médias et de l'incitation à la lecture. De plus, depuis plusieurs années, les recrutements aux CAPES de documentation ont été considérablement revus à la baisse. En 2010, le CAPES externe de documentation ne proposera que 192 postes alors que les départs à la retraite pour la rentrée 2011 sont évalués à 426. Un professeur documentaliste sur trois seulement sera remplacé par la voie du concours, ce qui va accentuer la dégradation du fonctionnement pédagogique de très nombreux centres de documentation et d'information (CDI). Dans ces conditions, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il envisage de prendre afin de conforter le rôle assigné aux enseignants documentalistes dans la formation des élèves.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2011 - page 341

En élevant au niveau master la formation initiale des personnels d'éducation (enseignants et conseillers principaux d'éducation), la réforme du recrutement a pour but de reconnaître le haut niveau de qualification nécessaire à l'exercice de ces métiers. Les dispositifs d'accompagnement devraient permettre d'assurer la démocratisation des recrutements et de garantir aux étudiants qui se destinent au métier d'enseignant une découverte progressive de leur futur métier grâce à un temps de formation supérieur à celui dont leurs collègues bénéficient aujourd'hui avant leur titularisation. Elle s'accompagne d'une revalorisation des carrières. La réforme du recrutement et de la formation des enseignants concerne également les documentalistes. L'arrêté du 12 mai 2010 (paru au BOEN n° 29 du 22 juillet 2010) définit les dix compétences professionnelles à acquérir par les professeurs, les documentalistes et les conseillers principaux d'éducation au moment de leur titularisation, puis tout au long de leur carrière. Parmi les capacités attendues des documentalistes, figure celle de participer à la mise en oeuvre d'une politique documentaire cohérente dans l'établissement scolaire. Ils aident le chef d'établissement ainsi que l'équipe enseignante à définir des orientations qui s'inscrivent dans le projet d'établissement. Au collège, les documentalistes contribuent, en concertation avec les autres professeurs, à l'acquisition par les élèves de compétences et de connaissances du socle commun défini par le décret n° 2006-830 du 11 juillet 2006, en particulier la maîtrise de la langue orale et écrite, l'usage raisonné des technologies numériques pour qu'ils sachent « s'informer et se documenter », et « adopter une attitude responsable face à Internet ». Dans le cadre des espaces numériques de travail (ENT), les documentalistes doivent jouer un rôle de conseil pour le choix et l'organisation de l'ensemble des ressources accessibles en ligne pour les élèves et les enseignants de l'établissement. Au lycée, en collaboration étroite avec les professeurs de lettres et d'histoire-géographie, les professeurs documentalistes mettent en oeuvre l'éducation aux médias. Leur rôle est prépondérant dans l'organisation de la manifestation annuelle intitulée « La semaine de la presse et des médias dans l'école » (la circulaire n° 2010-211 du 2 novembre 2010 parue au BO n° 40 du 4 novembre 2010 prépare l'édition 2011). En ce qui concerne l'orientation des élèves, les professeurs documentalistes peuvent être tuteurs dans le cadre de l'accompagnement personnalisé défini dans le cadre de la réforme du lycée. Pour ce qui est de leur formation, « Se former et innover » constituant une des dix compétences professionnelles attendues des enseignants et des professeurs documentalistes dans l'exercice de leur métier, dans certaines académies, comme dans celle de Strasbourg, les documentalistes participent à des regroupements organisés par secteur géographique afin d'échanger sur leurs pratiques et de mutualiser les ressources. Les actions de formation continue réservées aux documentalistes concernent : 1. La politique documentaire de l'établissement : politique documentaire et informationnelle et politique d'établissement. Le documentaliste : communiquer pour mobiliser. Se questionner avant de rechercher les documents : comment accompagner l'élève dans cette démarche ? Le blog de CDI : un outil de la politique de communication. 2. L'orientation de l'élève : collaboration du prof-doc et du CPE au quotidien et dans les projets. Accompagnement pédagogique autour du webclasseur. 3. L'éducation artistique et culturelle ; panorama du roman contemporain pour grands ados et exploitations pédagogiques. Comment construire un projet d'accompagnement éducatif dans le domaine du théâtre en partenariat avec un artiste ou une structure culturelle ? La littérature au collège : des oeuvres pour la jeunesse pour mener tous les élèves vers la lecture littéraire. Ces trois axes de formation fondent la mission du professeur documentaliste et confortent son rôle essentiel dans la formation de l'élève.