Allez au contenu, Allez à la navigation

Difficultés des petites entreprises du fait de la réduction des délais de paiement

13e législature

Question écrite n° 13530 de M. Jean-Léonce Dupont (Calvados - UC)

publiée dans le JO Sénat du 20/05/2010 - page 1262

M. Jean-Léonce Dupont attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation sur les difficultés rencontrées par les petites entreprises du fait de la réduction des délais de paiement entre entreprises, introduite par la loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008. Alors que les délais aux fournisseurs diminuent, certains clients de ces mêmes entreprises bénéficient de mesures d'allongement de leur délai de paiement. La pérennité de ces entreprises dont l'activité est très saisonnière, comme c'est le cas des fabricants de matériel d'entretien du jardin et des espaces verts, est par conséquent en jeu.
C'est pourquoi, il lui demande quelles mesures compte prendre le Gouvernement pour aider ces petites entreprises.



Réponse du Secrétariat d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation

publiée dans le JO Sénat du 30/09/2010 - page 2544

L'ampleur des délais de paiement en France par rapport à la moyenne européenne est une préoccupation majeure du Gouvernement qui s'attache à redresser cette situation en concertation avec les milieux professionnels concernés. La loi a ainsi limité à 60 jours calendaires ou 45 jours fin de mois le délai maximal de paiement et a fixé des intérêts de retard dissuasifs en cas de dépassement, tout en prévoyant des aménagements temporaires dans les secteurs dans lesquels cela était justifié. L'accord dérogatoire relatif au secteur de l'agroéquipement a répondu au souhait de certains secteurs spécifiques de bénéficier d'un délai pour réorganiser leur modèle économique. Le Gouvernement est attentif à la situation des entreprises qui connaissent un renforcement de leur besoin en fonds de roulement consécutivement à la mise en oeuvre de la LME et que des mesures appropriées en leur faveur ont été prononcées dès 2009 dans le cadre du plan de relance PME. Parmi les mesures édictées figurent notamment celles visant à la création d'un fonds de garantie qui a depuis été renforcé et à la mise en place d'une garantie OSEO ciblée sur les financements bancaires à court terme. Le Gouvernement n'entend toutefois pas remettre cette réforme en cause en autorisant la mise en oeuvre d'exceptions pérennes. La seule exemption à ce jour concerne un secteur tout à fait spécifique, parce que culturel, qui est celui du livre. Il s'agissait notamment d'éviter une remise en cause des fondements de la loi du 10 août 1981 relative au prix du livre et des mesures prises par l'État et les collectivités territoriales en faveur de la librairie.