Allez au contenu, Allez à la navigation

Accessibilité de Digne-les-Bains et désenclavement du Val de Bléone

13e législature

Question écrite n° 13613 de M. Claude Domeizel (Alpes de Haute-Provence - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/05/2010 - page 1318

M. Claude Domeizel interroge M. le ministre de l'espace rural et de l'aménagement du territoire sur l'accessibilité problématique de la ville de Digne-les-Bains, ville préfecture des Alpes de Haute-Provence. Le bassin d'emploi de la ville de Digne représente une composante majeure de l'activité économique départementale mais reste malgré tout difficile d'accès du fait d'un axe routier unique et surchargé. Or, pour favoriser les échanges marchands et l'emploi, tous les acteurs de la vie économique réclament une amélioration de sa desserte par un désenclavement routier du Val de Bléone, condition incontournable de son développement économique. Les élus de la ville comme les acteurs de la vie économique et les habitants de Digne, de sa vallée et du département attendent de l'État une décision sur ce désenclavement.

Il lui demande en conséquence ce qu'il envisage de faire en ce qui concerne le désenclavement de cette ville préfecture et de sa vallée et quand la décision sera communiquée.



Réponse du Ministère de l'espace rural et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 07/10/2010 - page 2620

La desserte de Digne-les-Bains depuis le val de Durance est actuellement assurée par la RN85. L'État est soucieux de l'amélioration de la desserte, notamment routière, de cette ville, compte tenu des enjeux liés à ce bassin d'emploi qui représente, comme vous l'indiquez, une composante majeure de l'activité économique départementale. Le projet d'une antenne autoroutière (A585) venant se brancher sur la section existante de l'autoroute A51 a été examiné dans le cadre de la revue de projet préalable à l'élaboration du schéma national des infrastructures de transport (SNIT). Cette démarche de planification vise notamment à arrêter la liste des grands projets d'infrastructures de transport dont l'État estime, en cohérence avec les orientations du Grenelle de l'environnement, la réalisation nécessaire à un horizon de 20 à 30 ans. Un premier avant-projet a d'ores et déjà été établi et rendu public à la mi-juillet. Aujourd'hui, ce travail fait l'objet d'une concertation avec l'ensemble des parties prenantes du Grenelle. Cet avant-projet privilégie d'importants travaux d'amélioration de la RN85 existante par rapport à la réalisation d'une infrastructure neuve, afin de répondre aux enjeux d'équité territoriale et de désenclavement. Sans attendre la confirmation de cette mesure, qui doit intervenir à l'issue de la concertation engagée et de la finalisation dudit schéma, le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat a demandé à M. le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur d'engager dans le cadre du programme de développement et de modernisation des itinéraires dès à présent les études du projet d'aménagement qualitatif de la RN85 entre l'A51 et Digne-les-Bains combinant déviations, créneaux de dépassement et aménagement de carrefours. Les opérations prioritaires qui seront identifiées dans ce cadre ont vocation à être inscrites à la prochaine génération de programmes de modernisation des itinéraires routiers.