Allez au contenu, Allez à la navigation

Rénovation et réhabilitation de l'Institut français de Florence

13e législature

Question écrite n° 13658 de Mme Claudine Lepage (Français établis hors de France - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/06/2010 - page 1362

Mme Claudine Lepage appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur l'Institut français de Florence dont l'avenir suscite de nombreuses inquiétudes et interrogations.

En effet, le Palazzo Lenzi, lieu prestigieux et séculaire qui accueille l'Institut français, s'est dégradé. Les travaux nécessaires ont été à l'origine de rumeurs de délocalisation, rumeurs que l'on espère fausses mais qui ne doivent pas masquer la nécessité d'un plan de rénovation et de réorganisation qui redynamiserait la présence française en Toscane.

Il semble qu'un plan de financement viable pourrait être élaboré pour assurer les travaux de mise aux normes, de rénovation, ainsi que l'installation d'un mobilier adapté. Ce plan proposerait trois sources de financement en intégrant les crédits exceptionnels pour 2010 déjà affectés au poste, l'affectation des loyers des espaces loués au rez-de-chaussée et le soutien exceptionnel du département pour un montant limité (240 000 € qui pourraient être répartis sur deux ou trois exercices).

Elle lui demande de bien vouloir l'informer des mesures spécifiques envisagées pour rénover et réhabiliter cet institut si emblématique de la présence française et de son rayonnement en Italie.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2011 - page 1708

L'antenne consulaire et l'Institut français sont actuellement installés dans le « Palazzo Lenzi », piazza Ognissanti 2. D'une surface de l'ordre de 2 700 m², le palais Lenzi est propriété de l'État. Sa cession, à un prix estimé à environ 12 M€, avait été validée le 4 février 2010 par le secrétaire général du ministère des affaires étrangères et européennes dans le cadre de la programmation immobilière 2010-2012. Plusieurs arguments avaient alors milité en faveur de cette cession : le coût minimal des travaux à envisager pour remettre ce bâtiment à niveau a été estimé à 790 000 €. Or, le ministère des affaires étrangères et européennes ne peut désormais compter que sur ses produits de cession pour financer ses opérations immobilières (travaux, constructions et acquisitions). Il est donc devenu impératif de dégager un montant significatif de produits de cession et de limiter en parallèle les travaux de rénovation lourde. Par ailleurs, l'utilisation de l'espace par l'institut n'est absolument pas optimisée et certains espaces sont quasiment inutilisés. Ainsi, la surface du palais est-elle de l'ordre de 2 700 m² alors que les besoins identifiés de l'institut et de l'antenne consulaire s'élèvent seulement à environ 900 m². La RGPP impose de revoir la carte de nos implantations à l'étranger dans le sens d'une plus grande rationalisation. Au cours de l'année 2011, il est apparu que l'option d'une cession totale était rendue moins praticable par un contexte immobilier difficile et par la difficulté à trouver une implantation alternative par le maintien, nécessaire, d'une implantation culturelle française dans cette ville. Le statut quo paraît difficilement tenable, tant en raison de la sous-occupation des surfaces que de l'importance des coûts d'entretien et de rénovation. Aussi, l'option privilégiée à ce jour consiste-t-elle en la vente partielle du palais Lenzi. Cette opération permettrait une reconfiguration de l'institut sur des surfaces adaptées à son activité tout en dégageant des marges financières, seul moyen de financer les travaux. Une partie des produits de cession pourrait en effet être réaffectée afin de réaliser les travaux de mise aux normes et de rénovation, mais également pour permettre d'aménager de nouveaux espaces susceptibles de développer l'attractivité et le dynamisme de notre implantation culturelle à Florence.