Allez au contenu, Allez à la navigation

Développement de l'éolien offshore dans les Pays de la Loire

13e législature

Question écrite n° 13745 de M. Charles Gautier (Loire-Atlantique - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/06/2010 - page 1434

M. Charles Gautier attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de l'écologie sur les perspectives de développement de l'éolien offshore au large des côtes des Pays de la Loire.
Depuis plusieurs mois, collectivité régionale, techniciens, élus locaux et entreprises du secteur travaillent avec sérieux à la définition de zones susceptibles d'accueillir des parc éoliens maritimes.
Aujourd'hui, un consensus se dégage pour définir, en Pays de la Loire, deux zones propices à l'installation de tels équipements qui doivent concourir à l'atteinte des objectifs de production d'électricité renouvelable que la France s'est fixés.
Situés en Loire-Atlantique - au large de l'estuaire de la Loire et au sud du Croisic - et en Vendée - au large de l'Ile d'Yeu et de l'Ile de Noirmoutier -, ces projets permettraient de produire jusqu'à une puissance de 2 400 MW., soit plus du tiers des objectifs nationaux de production fixés pour 2020. Ils font l'objet de concertations publiques et mobilisent des entreprises : ils constitueront, tant en phase d'installation qu'en phase d'entretien, des gisements d'emplois non délocalisables et pérennes.
Lors d'une concertation organisée à l'École centrale de Nantes, le représentant de l'État en région a pu constater qu'il n'y avait pas d'opposition majoritaire à ces projets, et a confirmé l'impact positif que représenterait, pour une industrie locale en reconversion, un développement volontariste de l'éolien offshore. Il apparait clairement que la viabilité de la filière économique sur laquelle tous les acteurs académiques, industriels et consulaires locaux travaillent aujourd'hui passe par une masse critique que seule la concrétisation des deux projets d'implantation est en mesure d'assurer.
Lors du vote du projet de loi dit "Grenelle 2", de nouvelles dispositions ont été adoptées, qui freinent les projets d'éolien terrestre. Elle a elle-même déploré ce recul dans des déclarations à la presse. Le Gouvernement a aujourd'hui l'occasion de démontrer, sur le dossier de l'éolien offshore, que ses déclarations ne sont pas vaines, et que ses décisions sont à la hauteur des enjeux énergétiques et industriels.
C'est pourquoi il lui demande si elle est prête à emboiter le pas aux élus locaux et aux acteurs mobilisés sur ces projets, en validant rapidement - et sans définir de logique de priorité entre ces deux zones, afin de permettre à chacun de ces projets de se réaliser - les deux zones d'implantation de parcs éoliens maritimes mis à l'étude.

Transmise au Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.