Allez au contenu, Allez à la navigation

Niveau sonore des publicités

13e législature

Question orale n° 0958S de M. Gérard Bailly (Jura - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 01/07/2010 - page 1663

M. Gérard Bailly appelle l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le problème posé par l'augmentation du niveau sonore des séquences publicitaires à la télévision. En effet, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait conclu, dans une première étude en 2003, que les pratiques à la télévision étaient contraires à l'article 14 du décret n° 92-280 du 27 mars 1992 réglementant le volume sonore moyen des séquences publicitaires. En 2006, la situation était toujours la même et le volume sonore des messages publicitaires était toujours supérieur au volume sonore moyen du reste du programme.
Au moment du passage à la télévision numérique terrestre, le CSA a créé un groupe de travail afin d'associer les éditeurs de services de télévision à la maîtrise du niveau sonore des écrans publicitaires.
Il aimerait savoir où en sont ces travaux et, surtout, quels seraient les moyens concrets pour faire appliquer la réglementation, étant entendu que les faits montrent bien que, malgré les constations et recommandations du CSA, les chaînes de télévision n'en font aucun cas.
Il lui demande quels sont les moyens concrets de coercition qui pourraient être mis en oeuvre étant donné le désagrément de ces pratiques qui, de plus, nuisent à leurs propres auteurs puisque les téléspectateurs ont souvent le réflexe d'éteindre ou de couper le son au moment des séquences publicitaires pour ne pas être gênés.



Réponse du Secrétaire d'État aux aînés

publiée dans le JO Sénat du 15/09/2010 - page 6719

M. Gérard Bailly. J'appelle une nouvelle fois, comme je l'ai fait il y a deux ans, l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur un problème qui nous est souvent signalé et que nous pouvons constater nous-mêmes : il s'agit de l'augmentation du niveau sonore des séquences publicitaires à la télévision, qui nous agace tout particulièrement. C'est un véritable problème et une pratique désagréable pour le téléspectateur.

En effet, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, le CSA, avait conclu, dans une première étude en 2003, que les pratiques à la télévision étaient contraires à l'article 14 du décret du 27 mars 1992 réglementant le volume sonore moyen des séquences publicitaires. En 2006, la situation était toujours la même et le volume sonore des messages publicitaires était toujours supérieur au volume sonore moyen du reste du programme.

Au moment du passage à la télévision numérique terrestre, le CSA a créé un groupe de travail afin d'associer les éditeurs de services de télévision à la maîtrise du niveau sonore des écrans publicitaires.

J'aimerais savoir où en sont ces travaux et, surtout, quels seraient les moyens concrets pour faire appliquer la réglementation. Vous le savez tout comme moi, et les faits le montrent bien, malgré les constatations et recommandations du CSA, les chaînes de télévision n'en font aucun cas.

Avez-vous donc l'intention de mettre en œuvre des moyens concrets de coercition pour mettre fin à ces pratiques déplaisantes, qui, de plus, nuisent à leurs propres auteurs, puisque les téléspectateurs ont souvent le réflexe d'éteindre ou de couper le son au moment des séquences publicitaires pour ne pas être gênés.

Je vous remercie, madame la secrétaire d'État, des informations que vous voudrez bien m'apporter. J'avais obtenu une réponse à cette question, dans cet hémicycle, voilà deux ans, mais les choses n'ont pas évolué.

M. le président. La parole est à Mme la secrétaire d'État.

Mme Nora Berra, secrétaire d'État chargée des aînés. Monsieur le sénateur, permettez-moi de vous livrer la réponse de M. Frédéric Mitterrand, qui est retenu aujourd'hui.

À plusieurs reprises, le législateur a souhaité que le volume sonore des écrans publicitaires ne soit pas supérieur à celui des programmes télévisés.

Le décret « publicité » du 27 mars 1992 fixe le régime juridique applicable à la publicité télévisée, et dispose que « Le niveau sonore des séquences publicitaires ainsi que des écrans qui les précèdent et qui les suivent ne doit pas excéder […] le niveau sonore moyen du reste du programme. » Le respect de ces dispositions est assuré par le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Une étude menée par le CSA en 2003 avait conclu que le niveau sonore des écrans publicitaires dépassait le niveau moyen des programmes dans plus de la moitié des cas. Une campagne de mesures a donc été lancée à la fin de l'année 2004, en concertation avec les opérateurs. Sur ce fondement, le CSA a adressé, le 23 mai 2006, une mise en garde à M6 et a également écrit à TF1 et à France 3.

Depuis cette date, le CSA n'a pas émis de nouvelles observations sur cette question.

Afin de prendre en compte les évolutions induites par la diffusion en mode numérique, le CSA a entamé une réflexion technique avec les chaînes, pour mettre en place de nouvelles méthodes de mesure, qui tiennent compte des technologies multi-canal et des traitements sonores qu'elles facilitent.

Le CSA a ainsi adopté en septembre 2008 une décision consistant à identifier un niveau de référence commun. Les travaux portent aujourd'hui sur le volume sonore perçu par le téléspectateur.

La complexité technique de la matière – les difficultés pour mettre en place des outils de mesure fiables et objectifs – associée à une dimension parfois subjective du ressenti par le téléspectateur constituent pour le CSA des contraintes importantes dans la mise en œuvre de son pouvoir de contrôle.

Afin de permettre au CSA d'effectuer un contrôle plus adapté, le cadre réglementaire a été complété.

La loi de 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a, en effet, introduit dans la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication une disposition consistant, par voie de décret, à garantir « le maintien à niveau sonore constant des séquences publicitaires ainsi que des écrans qui les précèdent et qui les suivent ».

En conséquence, le décret « publicité » de 1992 a été complété le 2 juillet 2010, avec la notion de « traitement de la dynamique sonore » : « Le niveau sonore des séquences publicitaires ainsi que des écrans qui les précèdent et qui les suivent ne doit pas excéder, s'agissant notamment du traitement de la dynamique sonore, le niveau sonore moyen du reste du programme. »

Par ailleurs, le Syndicat national de la publicité télévisée, qui regroupe les régies publicitaires des chaînes, les agences-conseils en communication et les annonceurs, a récemment saisi les directions techniques des principales chaînes de télévision afin de normaliser le son des messages publicitaires.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la recommandation technique sur le mixage audio à la télévision, approuvée le 4 février 2010 par les diffuseurs, qui vise à harmoniser les niveaux sonores ressentis entre programmes et entre chaînes.

L'ensemble de ces travaux doit permettre de répondre à la préoccupation légitime des téléspectateurs d'un meilleur confort d'écoute.

M. le président. La parole est à M. Gérard Bailly.

M. Gérard Bailly. Madame la secrétaire d'État, je vous remercie de votre réponse précise et fouillée, qui nous laisse espérer que le décret du 2 juillet 2010, notamment, sera appliqué. En effet, j'ai pu constater le week-end dernier encore que le son des séquences publicitaires qui interrompent les émissions télévisées était toujours très élevé.

J'avais déjà attiré l'attention sur cette question, sur laquelle il nous faut réfléchir. En effet, nous qui avons encore nos bras et nos mains devons nous mettre à la place de ceux qui n'en ont plus l'usage, qui sont hospitalisés et dont la télévision constitue souvent la seule distraction. Ainsi, j'ai connu une personne qui est restée paraplégique pendant dix-sept ans : elle avait la télévision mais ne pouvait absolument pas se servir de ses mains pour actionner la télécommande. Nous devons nous mettre à la place de ces gens.

Je souhaite donc que l'on sensibilise les responsables des chaînes. Nous n'accepterons pas la situation actuelle et voulons que le son de la télévision soit toujours constant, ne serait-ce que pour les personnes âgées ou handicapées qui ne peuvent utiliser leur télécommande. Je vous remercie d'y veiller, madame la secrétaire d'État, avec l'ensemble du Gouvernement.