Allez au contenu, Allez à la navigation

Place des enseignements professionnels et technologiques au sein de l'éducation nationale

13e législature

Question écrite n° 14206 de Mme Catherine Dumas (Paris - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 01/07/2010 - page 1673

Mme Catherine Dumas attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la place des enseignements professionnels et technologiques au sein de l'éducation nationale.

En 2009, les candidats au baccalauréat se sont répartis pour moitié en filière générale, pour un peu plus du quart en bacs technologiques, et pour un peu moins d'un quart en bacs professionnels. Il apparaît donc très clairement que, pour près d'un enfant sur deux, l'issue de la scolarité ne résidera pas dans l'enseignement général.

Pourtant, l'école fait encore la part belle à cette filière qui reste la « voie royale », celle dont il ne faudrait pas dévier sous peine d'avoir échoué, reléguant les formations professionnelles ou technologiques à des orientations souvent plus subies que choisies.

On sait toutefois que lorsque l'orientation est progressive, plus ouverte, mieux préparée, accompagnée et individualisée, elle est mieux vécue par nos enfants. Il nous faut aujourd'hui faire évoluer l'image de ces formations. Un jeune qui n'est manifestement pas valorisé par le système de notation et d'appréciation de l'enseignement général doit savoir qu'il peut réussir dans la vie en s'investissant dans une filière professionnelle ou technologique. Le regard des parents doit également être changé afin qu'ils ne voient plus uniquement ces cursus comme des « voies de garage », réservées aux jeunes en situation d'échec.

Elle souhaiterait qu'il lui indique les mesures prévues pour améliorer cette situation.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.