Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir des associations de groupes folkloriques

13e législature

Question écrite n° 14256 de M. Yvon Collin (Tarn-et-Garonne - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 08/07/2010 - page 1770

M. Yvon Collin interroge M. le ministre de la jeunesse et des solidarités actives sur l'avenir des associations de groupes folkloriques.
Après avoir été rattachées au ministère de la jeunesse et des sports, puis au haut commissariat à la jeunesse, ces associations ont été délaissées et les accords conclus par le passé laissés en suspens.
Une procédure de contrôle des connaissances sur le folklore, en trois étapes, a été élaborée afin d'assurer au mieux la transmission des savoirs. Mais la question de la validation de cette procédure n'a jamais obtenu de réponse claire et précise depuis la signature d'un accord avec Mme Marie-Georges Buffet, alors ministre de la jeunesse et des sports.
Il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures l'État envisage de prendre pour donner suite à ces engagements afin d'aider les associations de groupes folkloriques à continuer leur action essentielle.



Réponse du Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

publiée dans le JO Sénat du 07/10/2010 - page 2624

Le ministère de la jeunesse et des solidarités actives (MJSA) reconnaît les danses folkloriques régionales françaises comme un patrimoine d'arts et de traditions populaires. La qualité des actions de plusieurs associations et fédérations de groupes folkloriques est reconnue au niveau national, celles-ci disposant de l'agrément jeunesse et éducation populaire. Certaines d'entres elles bénéficient de partenariats conclus avec le MJSA. Des soutiens sont ainsi accordés chaque année par le ministère pour la réalisation d'actions. Des subventions en postes FONJEP sont également reconduites. Concernant la procédure de contrôle des connaissances sur le folklore, le MJSA a suivi et accompagné, en 2002 et 2003, le collectif des fédérations des arts et traditions populaires dans la conception et la mise en oeuvre d'un référentiel professionnel sanctionnant une formation de formateurs d'animateurs dans le champ des arts et traditions populaires. Il est articulé en trois niveaux. Le dernier niveau visait à doter l'animateur bénévole des compétences nécessaires à l'acquisition par équivalence d'un brevet professionnel de la jeunesse et de l'éducation populaire. En avril 2003 et alors que 510 bénévoles avaient déjà validé les deux premiers niveaux, est intervenue la rénovation des diplômes professionnels d'animation dans le champ de la jeunesse et des sports. Dans ce nouveau cadre, un positionnement individuel préalable au début de la formation permet désormais d'établir, au vu de compétences déjà acquises et reconnues comme au moins équivalentes aux compétences attendues, un parcours individualisé de formation. Il propose au candidat un allégement partiel ou total de certaines unités de compétences, sans toutefois dispenser de la certification. Ainsi, l'ensemble des bénévoles titulaires des deux premiers niveaux peut aisément, en suivant cette démarche, valider le brevet professionnel de la jeunesse et des sports dans ce champ. Les danses et, en particulier, les danses folkloriques font l'objet de l'attention du Gouvernement, notamment du ministère de la culture et de la communication, qui vient de lancer une inspection générale sur l'enseignement de la danse, laquelle devrait permettre de nouvelles réflexions sur ces questions.

Erratum : JO du 03/02/2011 p.260