Allez au contenu, Allez à la navigation

Évolution du parcours de découverte des métiers et des formations pour les collégiens

13e législature

Question orale n° 1076S de Mme Françoise Férat (Marne - UC)

publiée dans le JO Sénat du 28/10/2010 - page 2778

Mme Françoise Férat attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le parcours de découverte des métiers et des formations (PDMF).

Ce dispositif concerne l'ensemble des élèves de la cinquième à la terminale, mais il prend une importance particulière pour les élèves du collège qui connaissent un palier d'orientation essentiel à la fin de la troisième. Mis en place en 2008, il doit permettre aux élèves de découvrir un panel de métiers, ainsi que les différentes voies de formation. Dans ce cadre, les élèves peuvent faire le lien entre le travail en classe et leur parcours de formation, ouvrir leur horizon personnel et acquérir de nouvelles connaissances et aptitudes qui leur seront utiles tout au long de leur vie.

Le PDMF est un instrument essentiel et efficace qui contribue à assurer le respect du principe d'égalité des chances, à réduire les orientations par défaut et par l'échec, enfin à prévenir les abandons précoces de scolarité.

Elle lui demande comment le PDMF serait susceptible d'évoluer afin que ses missions soient confortées et comment le délégué à l'information et à l'orientation nouvellement nommé contribuera par son action à améliorer spécifiquement la connaissance des métiers et des filières chez les collégiens et leurs familles.



Réponse du Ministère chargé de l'outre-mer

publiée dans le JO Sénat du 15/12/2010 - page 12201

Mme Françoise Férat. Madame la présidente, madame la ministre, mes chers collègues, je tenais à interpeller M. le ministre de l'éducation nationale quant à l'évolution du parcours de découverte des métiers et des formations, le PDMF, en particulier pour les collégiens.

Ce dispositif, qui concerne l'ensemble des élèves de la cinquième à la terminale, prend une importance particulière pour les élèves du collège, qui connaissent un palier d'orientation essentiel à la fin de la troisième. Mis en place en 2008, il doit permettre aux élèves de découvrir un panel de métiers ainsi que les différentes voies de formation. Dans ce cadre, les élèves peuvent faire le lien entre le travail en classe et leur parcours de formation, ouvrir leur horizon personnel et acquérir de nouvelles connaissances et aptitudes qui leur seront utiles tout au long de la vie.

Le PDMF est un instrument essentiel et efficace qui contribue à assurer le respect du principe d'égalité des chances, à réduire les orientations par défaut et par l'échec et à prévenir les abandons précoces de scolarité.

Madame la ministre, dans quelle mesure le PDMF est-il susceptible d'évoluer afin que ses missions soient confortées ? Comment le délégué à l'information et à l'orientation nouvellement nommé pourrait-il contribuer par son action à améliorer spécifiquement la connaissance des métiers et des filières chez les collégiens et leur famille ?

Mme la présidente. La parole est à Mme la ministre.

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargée de l'outre-mer. Madame le sénateur Françoise Férat, vous interrogez M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, qui ne peut malheureusement pas être présent ce matin.

Vous avez rappelé l'importance du parcours de découverte des métiers et des formations, outil efficace d'orientation active et précoce, qui met en avant les compétences relatives à l'autonomie et à l'initiative.

Ce dispositif est le fruit d'une méthode, vous le savez, celle d'une expérimentation évaluée avant sa généralisation, puisque le parcours de découverte a été mis en place dans des établissements expérimentaux en 2008-2009. Au vu des retours positifs, il a été généralisé, à la rentrée 2009, à tous les élèves de la cinquième à la terminale, soit pas moins de 4,5 millions d'élèves.

Afin d'en assurer la réussite, le ministre de l'éducation nationale a mobilisé les acteurs de la relation école-entreprise, accompagné les enseignants par une formation initiale et continue, encadré les cahiers des charges académiques et le livret personnel de suivi des expériences et, enfin, donné une véritable impulsion autour des recteurs avec les partenaires impliqués dans le nouveau service public d'orientation.

Les résultats sont d'ores et déjà au rendez-vous puisqu'en mars 2010 une enquête réalisée par l'inspection générale a montré que 77 % des académies avaient mis en œuvre le parcours de découverte des métiers et des formations.

La réforme du lycée, entrée en vigueur en cette rentrée, s'ajoute à ce dispositif. Elle favorise un accompagnement personnalisé de deux heures hebdomadaires offert à chaque élève et un tutorat pour les élèves qui le demandent.

De plus, le rattachement du réseau « Information jeunesse » à l'éducation nationale nous permet de créer les conditions d'une véritable synergie, en conjuguant ce dernier réseau à celui des centres d'information et d'orientation.

Ces deux réseaux conjugués, qui comptent plus de 1500 lieux d'information des jeunes, permettent d'assurer un maillage étroit du territoire, sous la houlette du nouveau délégué à l'information et à l'orientation, qui devra, d'une part, identifier les modalités d'une nouvelle synergie afin de construire un service dématérialisé à même de délivrer une information exhaustive et objective sur les métiers, les compétences et les qualifications nécessaires pour les exercer, les débouchés professionnels et le taux d'insertion dans l'emploi, et, d'autre part, labelliser les organismes à même de délivrer une information et un accompagnement personnalisé, en application de la loi de 2009.

Soyez assurée que l'orientation et l'insertion professionnelle sont au cœur des préoccupations du Gouvernement.

Mme la présidente. La parole est à Mme Françoise Férat.

Mme Françoise Férat. Nous savons qu'une mauvaise orientation – pis, l'absence d'orientation – peut compromettre tout le parcours d'un élève. L'orientation à la sortie du collège est une étape très importante qui se doit d'être réussie, car elle est impossible à rattraper.

Je vous remercie de vos propos, madame la ministre, qui sont de nature à me rassurer. Je fonde beaucoup d'espoir sur l'arrivée du nouveau délégué à l'information et à l'orientation. Pour autant, pour siéger dans plusieurs conseils d'administration de collèges de mon département, je sais que nous devons absolument rester vigilants.