Allez au contenu, Allez à la navigation

Stockage de l'électricité

13e législature

Question écrite n° 15437 de M. Roland Courteau (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 07/10/2010 - page 2578

M. Roland Courteau demande à M. le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, de bien vouloir lui faire un point précis des avancées concernant la recherche sur les nouvelles technologies relatives au stockage de l'électricité.

Transmise au Ministère chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique



Réponse du Ministère chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique

publiée dans le JO Sénat du 12/01/2012 - page 106

Le stockage d'énergie, qui inclut le stockage d'électricité, a été identifié comme une des filières stratégiques de l'économie verte dans les rapports du Commissariat général au développement durable (CGDD) de mars 2010 et dans le rapport Techno-Clés 2015 du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. La filière industrielle du stockage d'énergie en France est bien positionnée sur une dizaine de technologies prometteuses. Celles-ci ont été identifiées notamment dans les travaux du Comité stratégique des éco-industries (COSEI) copilotés par le ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement et par le ministère de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, et dans la feuille de route technologique de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). Les technologies de stockage prometteuses pour la filière en France incluent les stations de transfert d'énergie par pompage (STEP), le stockage d'énergie par air comprimé, le stockage via le vecteur hydrogène, le stockage par volant d'inertie, le stockage électrochimique et le stockage thermique (chaleur et froid). En ce qui concerne le stockage électrochimique, le Réseau national de recherche et technologie sur le stockage électrochimique de l'énergie vise à coordonner et à structurer les efforts de recherche et développement entre acteurs de la recherche académique (CNRS et universités), les organismes de recherche scientifique et technologique (CEA, IFP, INERIS, LCPC-INRETS) et les industriels. La recherche sur le stockage électrochimique est financée à hauteur de 30 M€ par an, par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. Plus généralement, l'Agence nationale de la recherche (ANR) a soutenu un programme de recherche, nommé STOCK-E. Les appels à projets lancés de 2007 à 2010 ont financé des projets à hauteur d'une vingtaine de millions d'euros. À partir de 2011, la Production renouvelable et gestion de l'électricité (PROGELEC) et les Systèmes énergétiques efficaces et décarbonés (SEED) sont les programmes de l'ANR portant sur les technologies de stockage d'énergie électrique et de chaleur. Le programme PROGELEC a pour objectif d'accélérer la recherche française sur le déploiement massif des énergies renouvelables et l'intégration de systèmes innovants permettant une gestion optimisée de l'électricité. Le programme SEED s'inscrit quant à lui dans l'objectif de réduire les consommations en énergie primaire non renouvelable et les émissions de CO2 associées par accroissement de l'efficacité des chaînes énergétiques industrielles et du bâtiment, ainsi que de valoriser la chaleur.