Allez au contenu, Allez à la navigation

Reconnaissance de l'autisme comme grande cause nationale 2011

13e législature

Question écrite n° 15504 de Mme Michèle San Vicente-Baudrin (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/10/2010 - page 2675

Mme Michèle San Vicente-Baudrin attire l'attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la reconnaissance de l'autisme en France.

D'après la Haute Autorité de santé, 1 personne sur 150 est autiste, ce qui représente au minimum 430 000 personnes, et 6 000 à 8 000 nouveaux cas par an. Or cette maladie génétique est mal connue et mériterait une plus forte mobilisation des médias, de l'opinion publique, de tous les services de l'État. La France accuse en effet un très grand retard alors qu'il est possible d'aider les enfants à progresser de façon considérable avec des stratégies éducatives spécifiques applicables dès le plus jeune âge. Depuis vingt ans, Autisme France oeuvre avec les familles pour la reconnaissance de l'autisme comme handicap spécifique ; c'est la méconnaissance de l'autisme et la confusion entretenue avec d'autres handicaps qui empêchent que soient appliquées les stratégies éducatives spécifiques susceptibles de réduire les difficultés cognitives et comportementales des personnes autistes et de favoriser leur épanouissement en milieu ordinaire avec une véritable perspective de vie.

C'est pourquoi elle lui demande si elle envisage de désigner l'autisme comme grande cause nationale pour 2011 pour continuer et renforcer ce travail de sensibilisation.

Transmise au Secrétariat d'État chargé de la santé



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la santé

publiée dans le JO Sénat du 13/01/2011 - page 110

Le choix du thème de « grande cause nationale » ou de « campagne d'intérêt général » ressort de la décision du Premier ministre. Pour l'année 2011, le Premier ministre a attribué, mardi 23 novembre 2010, le label de « grande cause nationale » au collectif d'associations « Pas de solitude dans une France fraternelle », constitué autour de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Ce label permettra aux organismes à but non lucratif oeuvrant dans ce domaine et souhaitant organiser des campagnes faisant appel à la générosité publique d'obtenir des diffusions gratuites sur les radios et les télévisions publiques.