Allez au contenu, Allez à la navigation

Hausse de la surdité des adolescents

13e législature

Question écrite n° 16288 de Mme Marie-Thérèse Hermange (Paris - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 02/12/2010 - page 3158

Mme Marie-Thérèse Hermange attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur la hausse de la surdité chez les jeunes. En effet, l'utilisation croissante des baladeurs MP3 accélère le vieillissement de l'oreille interne. Or la méconnaissance de cette urgence médicale fait que les jeunes consultent souvent trop tard, lorsque les lésions sont définitives, alors qu'ils ont subi sans le savoir un traumatisme sonore aigu qui met en danger la fonction auditive. Ainsi, plus d'un adolescent sur dix souffre d'un début de surdité.
Il est paradoxal qu'aujourd'hui, ayant réussi à diminuer les surdités d'origine professionnelle en améliorant la prévention, on observe une augmentation de celles dues à des expositions de loisirs. Face à ce constat, elle souhaite savoir quelles campagnes de prévention elle compte mettre en œuvre.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la santé

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2011 - page 1193

L'accroissement du nombre de cas de pathologies de l'audition, en lien notamment avec l'écoute ou la pratique des musiques amplifiées est une préoccupation de santé publique qui fait, d'ores et déjà, l'objet de mesures de prévention. Dans le cadre du deuxième Plan national santé environnement, une action 21 intitulée « Renforcer la lutte contre les atteintes auditives et les traumatismes sonores aigus liés à l'écoute de musiques amplifiées » est prévue. Elle consiste notamment au développement de campagnes de communication nationales et locales. Le ministère chargé de la santé et l'institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) ont mené en 2008 une campagne de sensibilisation des jeunes de 13 à 25 ans aux risques auditifs liés à l'exposition à la musique amplifiée. L'INPES lancera à nouveau en 2011 une campagne de sensibilisation sur les risques liés à la musique amplifiée auprès des jeunes. Dans le milieu scolaire, par le moyen de concerts pédagogiques et d'actions initiées par certains établissements, une sensibilisation aux risques auditifs a été conduite depuis le début des années 2000. Un ensemble de documents et d'outils pédagogiques élaborés en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, à destination des enseignants et personnels médicaux d'établissements scolaires, est disponible depuis 2006. Par ailleurs, le ministère chargé de la santé soutient activement les associations de référence qui réalisent des actions de prévention au plus près des événements et notamment auprès des jeunes. Enfin, le ministère chargé de la santé étudie en partenariat avec l'Institut de veille sanitaire (InVS) la possibilité de mettre en place un système de signalement des traumatismes sonores aigus afin de réduire leur incidence et prévenir leur apparition.