Allez au contenu, Allez à la navigation

Réglementation des préparations naturelles peu préoccupantes

13e législature

Question écrite n° 16431 de Mme Claire-Lise Campion (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/12/2010 - page 3231

Mme Claire-Lise Campion attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur la réglementation concernant les préparations naturelles peu préoccupantes ou PNPP.
Ces produits alternatifs aux pesticides chimiques ne disposent pas d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) en France, bien qu'ils soient autorisés par le règlement européen de l'agriculture biologique et utilisés dans les autres pays européens.
La France – contrairement à d'autres pays européens - s'obstine à classer les PNPP dans les produits phytopharmaceutiques. Cette classification contraint les producteurs de PNPP en France à des procédures
complexes (rédaction et dépôts de dossiers, coûts de l'enregistrement...). Or la définition même de ces préparations entendues comme « peu préoccupantes » devrait marquer leur innocuité et justifier « une procédure simplifiée ». C'est déjà le cas en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Autriche et en Espagne qui ont décidé de classer les PNPP hors des produits phytopharmaceutiques : ils recensent les préparations naturelles sur des listes spécifiques qui ne nécessitent pas l'inscription des substances de base sur la liste européenne. En conséquence, de nombreuses PNPP non homologuées en France sont aujourd'hui commercialisées dans ces pays. Les producteurs français se trouvent donc confrontés à une distorsion de concurrence.

C'est pourquoi elle lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il compte prendre dans ce domaine, mesures qui permettront que la France respecte ses engagements de réduction de l'usage des pesticides.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 24/02/2011 - page 465

La loi n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l'eau et les milieux aquatiques a inséré à l'article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime une disposition prévoyant que les préparations phytopharmaceutiques naturelles peu préoccupantes (PNPP) ne relèvent pas de la procédure courante d'autorisation de mise sur le marché prévue par les articles L. 253-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime, mais d'une procédure simplifiée fixée par décret. Le décret d'application de cette disposition législative a été publié le 25 juin 2009. Il prévoit que les éléments naturels non génétiquement modifiés, à partir desquels sont élaborées les préparations naturelles peu préoccupantes, doivent notamment être soit inscrits sur la liste communautaire positive des substances actives, soit faire l'objet d'une procédure visant à cette inscription. Les PNPP relèvent de la définition du produit phytopharmaceutique, telle que prévue par la directive 91/414/CEE et ne peuvent pas échapper à l'obligation d'inscription sur la liste positive conformément au droit communautaire. Le décret publié le 25 juin 2009 prévoit une simplification de la procédure de traitement des demandes d'AMM relatives aux PNPP. L'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) n'est plus systématiquement requis, alors que celui-ci est obligatoire pour tout autre type de produit. Les délais d'instruction sont plus courts. Enfin, des dispositions particulières s'appliquent pour le renouvellement décennal des autorisations qui sont délivrées de manière collective et non plus individuelle. Les simplifications doivent permettre de rendre accessible au plus grand nombre l'utilisation de ces préparations, dont les connaissances sur les propriétés relèvent du domaine public, et de faciliter leur commercialisation. L'utilisation des PNPP présente de moindres risques pour l'environnement et la santé publique ; ces préparations doivent néanmoins démontrer leur innocuité au travers d'un processus d'évaluation simplifié. Des démarches sont engagées au niveau national visant à l'inscription des extraits de prêle en particulier. L'ANSES reste en attente des informations nécessaires tant sur l'efficacité que sur l'innocuité des préparations. En l'espèce, la difficulté apparaît liée essentiellement à la capacité du demandeur à collecter ces informations. Une proposition d'inscription par les autorités françaises à l'annexe I de la directive 91/414/CEE n'est envisageable que sur la base d'un dossier précisant l'efficacité et l'innocuité d'un produit. En l'absence de ces éléments, la procédure ne pourrait aboutir favorablement. Le règlement (CE) n° 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 relatif à la production biologique établit le cadre juridique de contrôle et d'étiquetage des produits biologiques pouvant être proposés ou commercialisés dans l'Union. Il fixe les objectifs et les principes de la production suivant un mode d'agriculture biologique sans se substituer aux législations spécifiques. Ce règlement fixe la liste des substances actives compatibles avec le cahier des charges de l'agriculture biologique sans se substituer à la réglementation applicable aux produits phytopharmaceutiques qui fixe les conditions d'autorisation de tous ces produits.