Allez au contenu, Allez à la navigation

Mention du pays d'origine sur les produits alimentaires

13e législature

Question écrite n° 16432 de M. Philippe Paul (Finistère - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 16/12/2010 - page 3232

M. Philippe Paul attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur l'intérêt tant pour le consommateur que pour les éleveurs des filières concernées de parvenir à un étiquetage de l'origine des produits alimentaires à l'état brut ou transformés. Un tel étiquetage ne peut qu'aller dans le sens d'une information accrue du consommateur et favoriser une valorisation de nos productions malmenées par des distorsions de concurrence intra comme extra-communautaires et par une conjoncture difficile. Il ne peut aussi que contribuer à dissiper le flou ou la confusion que peuvent entretenir les mentions « fabriqué en France » ou « transformé en France ». L'article L. 112-11 du code de la consommation, issu de la loi n° 2010-874 du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche, disposant que « … l'indication du pays d'origine peut être rendue obligatoire pour les produits agricoles et alimentaires et les produits de la mer, à l'état brut ou transformé », il lui demande les initiatives que le Gouvernement entend prendre pour améliorer la protection du consommateur et venir aussi en soutien de productions peu épargnées par les crises ces dernières années.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 13/01/2011 - page 65

Le Gouvernement se mobilise, tant auprès des filières professionnelles qu'en matière réglementaire, pour que l'indication obligatoire de l'origine des produits alimentaires soit généralisée afin d'apporter une meilleure lisibilité pour le consommateur et une plus grande valorisation pour les producteurs français. La question de l'indication de l'origine des denrées alimentaires est au coeur des négociations communautaires en cours sur le règlement concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires. Le conseil « Emploi, politique sociale, santé et consommateurs » du 7 décembre 2010 est parvenu à un accord politique en première lecture sur ce projet de règlement. Il prévoit notamment que l'indication du pays d'origine sur l'étiquetage des produits demeure obligatoire si son absence est de nature à induire le consommateur en erreur. En outre, s'agissant des viandes, l'obligation de faire figurer le pays d'origine sur l'étiquetage, déjà en vigueur pour la viande bovine, sera étendue aux viandes de porc, d'agneau et de volaille. Il s'agit là d'une première étape. La France souhaite en effet aller plus loin et que soient imposées des règles relatives à l'indication obligatoire de l'origine sur les produits transformés et leurs ingrédients principaux. Cette position sera défendue au cours de la deuxième lecture du projet de règlement concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires tant au niveau du Conseil que du Parlement européen. Afin de montrer l'attachement fort de la France à la généralisation de l'obligation de l'indication de l'origine sur les denrées alimentaires, le Parlement a adopté dans la loi n° 2010-874 du 27 juillet 2010 de modernisation de l'agriculture et de la pêche des dispositions rendant possible l'obligation d'indiquer l'origine pour les produits agricoles et alimentaires et les produits de la mer à état brut ou transformé. Dès lors que les négociations communautaires sur le règlement concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires auront abouti, la France disposera ainsi de l'outil juridique nécessaire à une application rapide de ces nouvelles dispositions.