Allez au contenu, Allez à la navigation

Le RSA jeunes : à quand une montée en puissance ?

13e législature

Question écrite n° 16496 de M. Jacques Mahéas (Seine-Saint-Denis - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/12/2010 - page 3242

M. Jacques Mahéas attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur la mise en œuvre du dispositif du revenu de solidarité active (RSA) jeunes.
Le RSA jeunes s'avère ne bénéficier qu'à une minorité. Selon les chiffres de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) publiés récemment dans la presse, seuls 3 400 jeunes bénéficient du RSA ouvert aux moins de 25 ans. Il convient de mettre ce chiffre de bénéficiaires en relation avec le potentiel d'allocataires évoqué par le président de la République, qui était de 160 000 jeunes. Ceci résulte des conditions d'accès drastiques pour pouvoir prétendre à cette mesure phare du plan Agir pour la jeunesse ouverte depuis le 1er septembre. Pour que ces jeunes puissent prétendre faire partie des allocataires, il leur était demandé d'avoir travaillé deux ans à plein temps dans les trois années précédant la demande. Plus de deux dossiers sur trois sont refusés. En Seine-Saint-Denis, département dont il est élu, seule une petite trentaine de jeunes touche ce revenu minimum.
C'est pourquoi il lui demande quelles dispositions vont être mises en place pour permettre une montée en puissance de ce dispositif attendu par les 160 000 jeunes, en grande précarité, cités par le Président de la République.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.