Allez au contenu, Allez à la navigation

Réorganisation de l'enseignement de la première année de médecine

13 ème législature

Question écrite n° 16779 de M. Jean-Marc Todeschini (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/01/2011 - page 49

M. Jean-Marc Todeschini appelle l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur la réorganisation de l'enseignement de la première année de médecine, et particulièrement sur la nécessaire adaptation et consolidation des enseignements de pharmacologie et de thérapeutique dans les études médicales.
La multiplication des « affaires » liées à la prescription de médicaments se révélant dangereux pour la santé des patients démontre la complexification croissante des méthodes de traitement et l'accroissement de la difficulté pour les médecins de proximité à fournir une prescription correcte des médicaments. Ces difficultés ne sont pas sans lien avec le niveau de formation et d'information dont disposent les médecins généralistes, en première ligne de la prescription médicamenteuse.
Ainsi, comme le rappelle l'Académie nationale de médecine (ANM) dans un récent rapport, il est urgent de mettre en place un enseignement « décent » de la pharmaco-thérapeutique pour les étudiants en médecine. En effet, selon ce rapport, les notions essentielles de pharmacologie et de thérapeutique ne sont plus enseignées efficacement dans les facultés de médecine, au détriment du bon usage des médicaments.
Dans ces conditions, il lui demande de lui indiquer quelles suites le Gouvernement entend donner aux recommandations émises par l'ANM afin de renforcer les enseignements relatifs à la pharmacologie et la thérapeutique dans la formation des futurs médecins de proximité.

Transmise au Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche



Réponse du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2011 - page 810

Dans l'intérêt de la santé publique, le médicament, composante de la thérapeutique, doit répondre à des exigences de qualité, d'efficacité et de sécurité. Ces exigences s'imposent tout au long du cycle de vie du médicament, de sa conception à son utilisation, sous la responsabilité des professionnels de santé. Les étudiants en première année commune aux études de santé (PACES) seront sensibilisés à cette notion de responsabilité dès le début de leurs études. Le programme de la PACES, qui constitue l'annexe de l'arrêté du 28 octobre 2009 relatif à cette année d'études, comprend une unité d'enseignement (UE) intitulée « initiation à la connaissance du médicament », dont le programme a été élaboré par des enseignants praticiens médecins et pharmaciens pharmacologues. L'enseignement proposé dans cette UE a pour objectif principal de former l'étudiant à la connaissance du médicament, de son origine (chimique, minérale, végétale ou biotechnologique) à son utilisation et son suivi thérapeutiques (cycle de vie du médicament). Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire d'apporter à l'étudiant les éléments fondamentaux de pharmacologie moléculaire (étude des cibles et du mécanisme d'action moléculaire du médicament), de pharmacodynamie (étude des effets du médicament dans l'organisme) et de pharmacocinétique (étude quantitative du devenir du médicament dans l'organisme). Les items figurant dans le descriptif de l'UE incluent, de fait, l'enseignement de ces éléments, lesquels sont complétés par des notions de pharmacologie clinique (essais cliniques chez l'homme) et de pharmacovigilance (étude des méthodes de détection et de prévention des effets indésirables - latéraux ou toxiques) à laquelle il faut rattacher l'iatrogenèse ; cette dernière, véritable problème de santé publique, fait également l'objet d'un enseignement dans le module « santé publique » de l'UE « santé, société, humanité ». L'approche thérapeutique constitue un autre objectif de l'enseignement de l'UE relative à l'initiation à la connaissance du médicament. On relève notamment un item « règles de prescription-rapport bénéfice/risques » qui permettra à l'étudiant d'appréhender également les règles de bon usage des médicaments. À l'issue de l'enseignement dispensé en PACES et quelle que soit la filière en santé choisie, l'étudiant aura acquis les premiers éléments fondamentaux afférents à la connaissance du médicament, à sa réglementation et à son bon usage. Ces notions seront complétées tout au long de son cursus d'études, notamment par le truchement des enseignements généraux et spécialisés de pharmacologie et de thérapeutique. Le jeudi 17 février 2011, les assises du médicament ont été « installées » par M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé ; un groupe de travail sur le thème « Développer la formation et l'information sur les produits de santé », présidé par M. Alain-Michel Ceretti, a été mis en place. Le président de la conférence des doyens de médecine en fait partie. Des propositions seront faites pour d'éventuels renforcements de la formation des futurs praticiens dans les domaines de la pharmacologie et de la thérapeutique. La commission pédagogique nationale des études de santé, récemment installée, prendra en compte les recommandations formulées lorsqu'elle arrêtera le référentiel de formation correspondant au niveau master.