Allez au contenu, Allez à la navigation

Menace de fermeture définitive du musée de l'AP-HP

13e législature

Question écrite n° 16926 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 27/01/2011 - page 188

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la menace de fermeture définitive du musée de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), musée de France depuis 2002.
Ce musée a été créé en 1934. Il est à la fois le plus ancien et le principal musée hospitalier en France. Depuis 1995, sa fréquentation a été multipliée par trois. En huit mois, 21 410 visiteurs sont venus visiter la dernière exposition sur l'humanisation de l'hôpital. 500 établissements d'enseignement du secteur sanitaire et social ((instituts de formation en soins infirmiers publics et privés, etc.) et 187 lycées préparant aux carrières sanitaires et sociales ont fait appel au musée. Nombre d'entre eux programment chaque année pour leurs élèves une visite de ses collections permanentes (soit 45 % des visiteurs). Le budget du musée représente 0,01 % du budget de l'AP-HP.
Pourtant la direction de l'AP-HP projette sans aucune concertation de fermer définitivement ce musée qui est le seul de ce genre à proposer une programmation régulière, avec des expositions temporaires concernant les questions du moment et à développer une politique des publics, large et innovante.
Les bénéfices escomptés par la direction de la transformation de la salle d'exposition temporaires en espace évènementiel semblent très discutables. En effet, si elle était destinée à de nombreuses réunions et réceptions, la salle en question devrait connaître des aménagements de structure qui ne sont pas forcément compatibles avec le respect d'un site, l'hôtel de Miramion (17e siècle), en partie protégé par la législation concernant les monuments historiques.
De nombreuses protestations se font jour à l'égard de cette volonté de fermeture. L'ensemble des syndicats la rejettent. Des milliers de citoyens ainsi que de nombreuses personnalités ont signé une pétition qui se prononce également contre cette fermeture.
Suite à ces nombreuses protestations, la direction de l'AP-HP décide de l'ouverture du musée un seul jour par semaine. C'est tout à fait insuffisant si l'on veut que cette structure continue à être notamment un outil de la démocratie sanitaire, de la lisibilité et de l'intelligibilité de l'histoire hospitalière.
Pour toutes ces raisons, elle lui demande ce qu'il compte faire pour favoriser un dialogue avec l'ensemble des acteurs concernés en vue de maintenir et de développer l'activité de ce musée au moyen notamment de sa réouverture complète.



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 13/10/2011 - page 2650

Soucieuse de la conservation et de la valorisation de son patrimoineet attachée aux valeurs de son histoire, l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), a dû faire évoluer le fonctionnement du musée. L'initiative a donc été prise non pas « de fermer définitivement » le musée comme cela a pu indûment être affirmé par quelques associations, mais de modifier en profondeur son mode de fonctionnement. L'objectif poursuivi est de maintenir le patrimoine historique hospitalier tout en assurant une ouverture complémentaire auprès des publics des sites hospitaliers, et en veillant à une meilleure efficience. À ces fins, un projet a été conçu, qui a notamment pris en compte les éléments suivants : la continuité du témoignage de l'histoire hospitalière que porte le musée ; les orientations de la convention culture et santé, signée entre le ministère de la culture et la communication et le ministère de la santé et des sports le 6 mai 2010 ; le coût du fonctionnement du musée, de l'ordre de 1,3 M€ par an, supporté par le budget de l'AP-HP et très incomplètement compensé par de très faibles recettes. Les actions menées comportent quatre volets : la mise en sécurité de la majorité des œuvres jusque-là entreposées dans des sous-sols inondables, par transfert dans des locaux neufs spécialement adaptés ; la création d'une salle événementielle conforme, respectueuse de la visite du musée, participant à son rayonnement, la visite du musée étant associée à la location ; la réservation d'une journée par semaine pour les visites pédagogiques et individuelles ainsi que l'ouverture pour toutes les journées événementielles nationales et régionales. En outre, les chercheurs peuvent être accueillis sur rendez-vous ; la valorisation d'une part importante des collections auprès des publics et des personnels hospitaliers, sur quatre groupes hospitaliers prestigieux. Par ailleurs, l'AP-HP serait prête à s'associer à un projet plus large qui rassemblerait plusieurs partenaires intéressés par les thématiques proches de celles portées par l'actuel musée de l'AP-HP. Le ministère de la culture pourrait être le porteur de référence de cette proposition, parfaitement connue de ses services et dont les conditions de réalisation restent à préciser par un travail conjoint.