Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la suppression du bonus écologique pour les véhicules GPL

13 ème législature

Question écrite n° 16977 de M. Jean Besson (Drôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/02/2011 - page 228

M. Jean Besson attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la suppression du bonus écologique de 2 000 euros pour le gaz de pétrole liquéfié (GPL) qui est devenue effective en janvier 2011.

Le GPL est une ressource disponible, dont l'usage est encouragé au niveau européen pour limiter les pollutions locales et le réchauffement climatique. Il réduit en effet les émissions d'un véhicule de 12 % pour le CO2 et de 68 % pour les NOx (en moyenne).

Depuis 2009, le bonus écologique a permis de structurer une offre de véhicules jusqu'alors inexistante chez les constructeurs qui s'engagent aujourd'hui de plus en plus dans le développement de véhicules GPL. Le GPL représente une alternative aux carburants classiques disponible et abordable pour les automobilistes. Il permet aussi grâce à la transformation de véhicules essence éligibles au bonus de dépolluer une partie du parc existant. Pour rappel, un plein de GPL coûte deux fois moins cher qu'un plein de carburant classique.

La suppression brutale et sans aménagement du bonus de 2 000 € risque de porter atteinte au récent développement du marché des véhicules GPL. Une telle décision aura des conséquences significatives sur les constructeurs automobiles et les distributeurs de carburants mais aussi sur les centaines de PME et artisans impliqués en amont et en aval du secteur.

Aussi, il souhaite connaître les mesures envisagées par le Gouvernement pour soutenir cette filière industrielle.



Réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2011 - page 806

Le bonus-malus automobile est un dispositif assis sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers neufs : une subvention est accordée à l'achat de véhicules neufs faiblement émetteurs (moins de 110 g CO2/km en 2011) alors que les véhicules fortement émetteurs (plus de 150 g CO2/km en 2011) sont taxés à l'occasion de leur première immatriculation. Jusqu'à fin 2010, les véhicules à motorisation alternative (hybride, GPL ou GNV) étaient assujettis à un barème spécifique. Ils bénéficiaient d'une prime de 2 000 €, sous réserve que leurs émissions de CO2/km soient inférieures ou égales à 135 g. Pour un même niveau d'émissions, les autres véhicules bénéficiaient de bonus de 100 €, 500 € ou 1 000 €. Ce dispositif a permis, entre 2008 et 2009, de multiplier les parts de marché des ventes de véhicules neufs GPL par 11. Le nombre des seuls véhicules GPL bénéficiant du bonus est passé de 500 véhicules en 2008 à 25 000 en 2009. En 2010, plus de 74 500 nouveaux véhicules fonctionnant au GPL ont bénéficié du bonus de 2 000 €. Une révision du dispositif était donc nécessaire pour assurer son équilibre financier. Le carburant GPL est moins polluant qu'un véhicule classique. Toutefois, l'amélioration des normes d'émissions a significativement réduit les écarts. L'avantage comparatif du GPL par rapport aux véhicules essence et diesel neufs est donc aujourd'hui plus limité. En considérant un cas très favorable au GPL, le gain environnemental d'un véhicule GPL sur sa durée de vie est évalué à 73 € par rapport à un véhicule essence et à 315 € par rapport à un véhicule diesel. En outre, les véhicules fonctionnant au GPL bénéficient d'avantages fiscaux complémentaires : taxe intérieure à la consommation sur le GPL au taux réduit de 107,6 €/t (à comparer au taux de 783,1 €/t de la taxe intérieure sur les produits pétroliers pour le supercarburant sans plomb SP95-E10 et de 504 €/t pour le gazole). Cet avantage fiscal fait du GPL le carburant liquide le moins cher du marché. Pour un véhicule, le gain est estimé entre 1 000 € et 2 400 € sur sa durée de vie ; possibilité d'exonération totale ou partielle (50 %) de la taxe proportionnelle sur les certificats d'immatriculation selon les régions ; l'avantage est compris entre 14 €/cheval fiscal et 46 €/CV ; avantages liés à la taxe sur les véhicules de société (TVS) pour les professionnels ; les véhicules bicarburation essence/GPL sont exonérés de la moitié du montant de la TVS pendant deux ans. Ainsi, hors prime de 2 000 €, l'achat ou la transformation d'un véhicule GPL reste une opération rentable pour un particulier. Toutes ces raisons ont conduit à ajuster pour 2011 le dispositif en faveur du GPL, en supprimant la prime de 2 000 € et en conservant ses autres avantages fiscaux. Les véhicules GPL bénéficient en 2011 du barème « classique » de bonus écologique basé sur le niveau des émissions de CO2.