Allez au contenu, Allez à la navigation

Conditions de travail à La Poste

13e législature

Question écrite n° 17015 de Mme Odette Terrade (Val-de-Marne - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 03/02/2011 - page 235

Mme Odette Terrade attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la situation alarmante des conditions de travail à La Poste. Suite à l'adoption de la loi n° 2010-123 du 9 février 2010 relative à l'entreprise publique La Poste et aux activités postales, les activités de La Poste sont ouvertes à la concurrence depuis le 1er janvier 2011. Cette ouverture est le résultat d'une politique menée depuis 1997 qui vise à lever le monopole de La Poste sur la distribution du courrier de moins de 50 grammes et dont la loi du 9 février 2010 en est l'aboutissement. La Poste est le premier employeur de notre pays après l'État et reste perçue dans l'opinion comme un des services publics les plus proches des citoyens. Or, depuis 2003, 63 000 emplois ont été supprimés à La Poste qui a vécu plusieurs projets de réforme et d'organisation de services tant pour la distribution du courrier que pour la mise en place de La Banque postale. Par ailleurs, l'entreprise aurait de plus en plus recours à des intérimaires, de sorte que dans certains bureaux leur nombre serait supérieur au nombre de titulaires. Les témoignages de ces travailleurs sur leurs conditions de travail font part des mêmes souffrances que leurs collègues de France Télécom qui eux aussi ont subi les aléas d'une privatisation, restructuration : stress, harcèlement, management douloureux, pression excessive… Les médecins du travail de La Poste alertent déjà sur la similitude de cette situation et sur les conséquences pour la santé des salariés de la restructuration de leur entreprise. Les syndicats avancent le chiffre considérable de 70 suicides parmi le personnel. Afin de ne pas reproduire le scénario tragique de France Télécom, elle lui demande quelles mesures il entend prendre afin de permettre à ces salariés de retrouver des conditions de travail plus humaines et épanouissantes et sauvegarder à La Poste le statut de service de proximité qui lui est spécifique.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.