Allez au contenu, Allez à la navigation

Grand Paris

13 ème législature

Question crible thématique n° 0169C de M. Bernard Vera (Essonne - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 30/03/2011 - page 2163

Concerne le thème :Grand Paris

M. Bernard Vera. Monsieur le ministre, le débat public sur le Grand Paris a mobilisé de nombreux Franciliens et a révélé leurs fortes attentes en matière de logement, d'aménagement et de transport.

Avant même la publication du rapport de la Commission nationale du débat public, l'État et la région ont signé, le 26 janvier dernier, un protocole d'accord permettant la mise en œuvre du projet de transports nouvellement intitulé « Grand Paris Express ».

Cependant, même révisé, ce projet pour la région capitale conserve son orientation libérale, fondée sur la compétition entre les territoires. L'organisation en pôles de compétitivité et d'excellence aggravera encore davantage les inégalités territoriales.

En outre, la reprise en main par l'État de l'aménagement francilien n'est nullement remise en cause et le financement du schéma de transports reste imprécis et, surtout, incertain. Sur un total de 32,4 milliards d'euros d'ici à 2025, 11,9 milliards d'euros seront consacrés au plan de mobilisation des transports, tandis que le financement de Grand Paris Express s'élèvera à 20,5 milliards d'euros, dont seuls 10,5 milliards d'euros sont actuellement garantis.

Ainsi, tout laisse à penser que les collectivités locales et les usagers seront mis à contribution, notamment par une hausse des tarifs de transports. De plus, la pression foncière accrue va repousser toujours plus loin de la capitale les populations les plus modestes.

Votre projet de Grand Paris est organisé autour de pôles de compétitivité reliés par un métro automatique, alors que l'urgence est au maillage des territoires par le développement de transports de proximité.

Certes, le nombre de gares a sensiblement augmenté, permettant de favoriser le transport de banlieue à banlieue. Toutefois, le nouveau schéma n'améliore pas la desserte de plusieurs pans du territoire francilien, essentiellement en grande couronne et dans les zones plutôt rurales.

Il est donc regrettable que la seule vision que l'on nous propose soit, à long terme, celle d'un réseau de transports uniquement ferré.

En attendant, je le répète, des pans entiers de territoire sont oubliés, au détriment d'un développement cohérent et solidaire de la région d'Île-de-France. L'urgence est au renforcement et au déploiement de transports de proximité : tram-train, tramway, lignes de bus en sites propres.

Monsieur le ministre, quelles mesures entendez-vous prendre afin de favoriser le développement des transports de proximité, de réduire les inégalités de territoires en rééquilibrant l'offre de transports et d'améliorer les déplacements des populations et des salariés ? (Applaudissements sur les travées du groupe CRC-SPG.)



Réponse du Ministère de la ville

publiée dans le JO Sénat du 30/03/2011 - page 2163

M. Maurice Leroy, ministre. Monsieur Vera, je n'entrerai pas avec vous, surtout compte tenu des deux minutes qui me sont imparties pour vous répondre, dans un débat afin de savoir si le projet du Grand Paris est inspiré ou non par une vision libérale. Nous prolongerons, si vous le souhaitez, cette discussion en d'autres occasions ; je me tiens pour cela à votre disposition.

Je vous invite simplement à vous rapprocher de Christian Favier, président du conseil général du Val-de-Marne, ou de Claude Bartolone, président du conseil général de la Seine-Saint-Denis : demandez-leur s'ils pensent vraiment que le travail que nous avons fait, ensemble, en vue de contribuer à l'amélioration quotidienne des conditions de transports des Franciliens est, oui ou non, d'inspiration libérale. Demandez donc aussi au président Huchon si l'accord qu'il a lui-même signé est marqué du sceau du libéralisme.

J'en viens à votre interrogation relative aux financements.

Grâce au budget voté par la majorité sénatoriale, ici même,…

M. Christian Cambon. Il faut le rappeler !

M. Maurice Leroy, ministre. … et à l'excellent travail réalisé par le rapporteur général du budget du Sénat et par celui de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, les moyens financiers sont au rendez-vous. Vous devriez vous en féliciter, monsieur le sénateur !

En effet, dès cette année, ma collègue Nathalie Kosciusko-Morizet va notamment pouvoir mettre en œuvre 500 millions d'euros de crédits issus du plan de mobilisation, en liaison avec la région d'Île-de-France, afin de moderniser d'ores et déjà les lignes C et D du RER. Nous sommes bien là dans le cadre de l'amélioration quotidienne des transports, et non dans celui du discours ou de je ne sais quel cours théorique, fût-il passionnant, sur Schumpeter et le libéralisme. Voilà du concret pour les Franciliens !

Franchement, j'avoue que j'ai été surpris par votre intervention. Le Grand Paris, c'est une vision qu'a eue le Président de la République pour l'avenir de l'Île-de-France et la région capitale.

Nous devrions tous nous en féliciter, et quelles que soient les travées sur lesquelles vous siéger, mesdames, messieurs les sénateurs, sans esprit partisan, car ce projet…

M. Roger Romani. Un beau projet !

M. Maurice Leroy, ministre. … dépasse le temps politique et le temps médiatique. Je suis donc heureux de pouvoir le mettre en œuvre avec la région d'Île-de-France ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP.)

M. Jean-Pierre Fourcade. Très bien !

Mme la présidente. La parole est à M. Bernard Vera, pour la réplique.

M. Bernard Vera. Monsieur le ministre, j'ai bien écouté votre réponse, mais je continue de penser que la mise en œuvre de la loi relative au Grand Paris met en péril la cohérence territoriale à l'échelon régional.

Pour notre part, nous sommes convaincus que le concept de pôles de compétitivité, concentrant toutes les richesses et aspirant l'essentiel des financements publics, va également contribuer à assécher les autres territoires.

M. Maurice Leroy, ministre. Ce n'est pas ce que pense M. Braouezec !

M. Bernard Vera. Monsieur le ministre, je m'exprime devant vous en tant que parlementaire essonnien. Je ne suis pas lié aux départements auxquels vous avez fait référence !

M. Maurice Leroy, ministre. Il est dommage de ne pas avoir une vision d'ensemble !

M. Bernard Vera. Par ailleurs, le schéma de transports pose un double problème. Outre qu'il est injuste dans son financement pour les collectivités territoriales, il porte gravement atteinte à la démocratie locale. En effet, les communes qui ne signeront pas de contrat de développement territorial perdront toute maîtrise de l'aménagement dans un périmètre de 400 mètres autour de leur gare, alors que, dans le même temps, elles participeront au financement du réseau !

En conclusion, monsieur le ministre, la loi relative au Grand Paris ne fera qu'accentuer les inégalités territoriales, comme le fera d'ailleurs, à l'échelle nationale, la loi de réforme des collectivités territoriales.