Allez au contenu, Allez à la navigation

Un oublié du dernier remaniement ministériel : le secrétariat d'État aux anciens combattants

13 ème législature

Question écrite n° 17587 de M. Jacques Mahéas (Seine-Saint-Denis - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/03/2011 - page 577

M. Jacques Mahéas attire l'attention de M. le ministre de la défense et des anciens combattants sur la suppression du secrétariat d'État aux anciens combattants.
Cette situation continue de provoquer l'incompréhension des associations. Ainsi, l'Union départementale de Seine-Saint-Denis considère que « le droit à réparation doit s'appliquer budgétairement et intégralement (…) car il est nécessaire que la classe politique n'oublie jamais le lourd tribut que les anciens combattants et victimes de guerre ont payé à la patrie », et son application exige un secrétariat d'État dédié. Symbole de la reconnaissance de la nation, le “ministère des pensions” avait été créé en 1920 pour venir en aide aux invalides et blessés de 1914-1918. Devenu ministère, puis secrétariat d'État aux anciens combattants, il a disparu discrètement dernièrement et n'a pas été rétabli lors du récent remaniement.
Il lui demande ce qu'il envisage pour répondre à l'incompréhension qui demeure



Réponse du Ministère de la défense et des anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2011 - page 1175

S'agissant de la suppression du poste ministériel de secrétaire d'État aux anciens combattants, celle-ci n'influe en rien sur la prise en compte des intérêts du monde combattant, la préservation du droit à réparation, la présentation de budgets conformes aux légitimes aspirations de ceux qui ont tant donné pour leur pays et la promotion d'une politique de mémoire ambitieuse. Le ministre de la défense et des anciens combattants tient à rassurer les associations d'anciens combattants. Il est déterminé à jouer pleinement son rôle de ministre des anciens combattants et à veiller à ce que leurs préoccupations recueillent toute l'attention qu'elles méritent.