Allez au contenu, Allez à la navigation

Lycée autogéré de Paris

13e législature

Question écrite n° 17672 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/2011 - page 631

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur le lycée autogéré de Paris (LAP) situé dans le 15e arrondissement de Paris.
Initialement, le rectorat avait prévu de supprimer cinq postes d'enseignants dans cet établissement. Après une forte mobilisation de la communauté scolaire, et bien au-delà, cette baisse des moyens a été ramenée à un demi-poste. Pour la justifier, le rectorat s'appuie notamment sur une réduction supposée des effectifs des élèves de cet établissement à la rentrée prochaine. Or ses effectifs sont stables, et ce depuis une dizaine d'années. Rien ne permet d'envisager une baisse : chaque année, plus de 500 élèves postulent au LAP. Or les capacités d'accueil du LAP limitent l'inscription à 130 nouveaux élèves chaque année.
Il est à noter que d'ores et déjà, contrairement à tous les autres établissements, il n'y a pas de personnels administratifs et auxiliaires et ce du fait du fonctionnement particulier de cette structure d'enseignement.
Ce contexte renforce le caractère inacceptable de toute diminution de moyens.
Elle lui demande ce qu'il compte faire en vue du maintien des moyens à la prochaine rentrée scolaire.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 11/08/2011 - page 2122

La dotation attribuée au lycée autogéré de Paris tient compte de la spécificité de l'établissement puisque le nombre d'heures accordées par élève est nettement supérieur à la moyenne académique en lycée. La prise en compte de cette spécificité et l'intérêt porté par l'académie à cette organisation originale d'établissement ont déjà été soulignés auprès des représentants des enseignants, reçus en audience à deux reprises au rectorat de l'académie de Paris. À la suite de ces entrevues, une mission, s'inscrivant dans la politique de soutien que l'académie a toujours menée auprès de l'établissement, sera conduite par l'inspecteur d'académie du second degré. Elle permettra un examen approfondi de la situation afin de répondre de manière adéquate aux besoins.