Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression d'une classe de lycée agricole

13 ème législature

Question écrite n° 17870 de M. René-Pierre Signé (Nièvre - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2011 - page 759

M. René-Pierre Signé attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur la décision de fermeture d'une classe de 4ème au lycée agricole de Château-Chinon, évoquée en commission territoriale du plan de formation (CTPF).
C'est à partir de cette classe que l'établissement a pu développer une antenne importante pour l'apprentissage agricole et aquacole. Le lycée agricole de Château-Chinon a été créé en zone de montagne pour enrayer le déclin rural, formant des jeunes agriculteurs et les préparant à l'installation. On sait que l'agriculture de montagne exige des connaissances spécifiques, qu'elle doit s'adapter au handicap naturel, ce qui est d'ailleurs prévu dans les lois agricoles.
La région de Château-chinon ayant subi la fermeture de deux établissements industriels représentant plus de 200 emplois, perdu des structures militaires -victimes de la révision générale des politiques publiques- entraînant la suppression de 120 postes, elle doit impérativement conserver une économie agricole vivante, diversifiée, protectrice de l'environnement et de la diversité biologique. Elle a donc besoin d'un lycée d'enseignement général, technologique et professionnel agricole (LEGTA) important, porteur d'un enseignement diversifié et attractif.
La région Bourgogne a engagé des frais considérables pour agrandir ce lycée et il serait très dommageable que cette extension coïncide avec la fermeture de classes. Dans le cadre de la réforme du bac professionnel portant à trois ans les études, on risque déjà de perdre deux classes à la rentrée prochaine et, si cette mesure est appliquée, s'en ajouterait manifestement une de plus.
Il attire son attention sur le fait que cet enseignement doit bénéficier de mesures bienveillantes, de consolidation plutôt que d'amputation, puisque l'agriculture reste la base économique du Morvan et qu'elle ne peut se développer sans un enseignement agricole adapté à la région.
Il demande donc que la fermeture envisagée de cette classe soit revue et annulée.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2011 - page 1169

Le ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire (MAAPRAT) est attentif aux préoccupations exprimées sur l'évolution des structures du lycée d'enseignement général et technologique agricole (LEGTA) de Château-Chinon. La situation de ce LEGTA a fait l'objet d'une attention particulière du directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) de Bourgogne qui exerce l'autorité académique. À ce titre, il lui appartient d'animer la concertation régionale en vue de définir l'évolution de l'offre de formation en région et de répartir, entre les différents établissements, la dotation globale horaire attribuée à la Bourgogne. La rénovation globale de la voie professionnelle commencée en 2009 et qui se poursuit en 2011 avec la filière « services » conduit les établissements à accueillir et préparer au diplôme une double génération d'élèves. Les établissements devront en effet accueillir en classe de première puis de terminale, à la fois les diplômés du brevet d'enseignement professionnel agricole et les sortants de seconde professionnelle, ce qui augmentera d'autant les effectifs des classes. Suite à ce dialogue, et au vu de l'augmentation des effectifs dans les filières professionnelles, l'autorité académique a envisagé, à ce stade, de geler la classe de quatrième durant l'année 2011/2012. Cette hypothèse est encore à l'étude avec les différents acteurs locaux et ne préjuge pas de la fermeture de cette classe à la rentrée scolaire 2012.