Allez au contenu, Allez à la navigation

Insuffisance des offres de soins en Guyane

13e législature

Question écrite n° 17901 de M. Georges Patient (Guyane - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/03/2011 - page 772

M. Georges Patient attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur la situation sanitaire de la Guyane. Le département détient des indicateurs de santé parmi les plus mauvais de France. Il dispose d'une espérance de vie inférieure de quatre ans à celle de la métropole (79 ans pour les femmes, 72 ans pour les hommes), d'un taux de mortalité infantile de 10,5 pour 1 000 naissances au lieu de 4 dans le reste de la France. La situation sanitaire est dramatique dans nombre de domaines, notamment en matière de densité médicale - c'est la région la plus désertifiée de France - mais aussi en matière de couverture et d'équipements sanitaires. Il y a déjà trois ans de cela, la fédération hospitalière de France mettait en évidence l'énorme insuffisance d'équipements sanitaires de la Guyane. Comparant la Guyane à la Corse, à population équivalente, elle mettait en évidence le fait qu'un habitant de la Corse disposait de 2,5 fois plus de structures sanitaires pour se soigner qu'un habitant de Guyane.
Faire de la santé une priorité en outre-mer constituait l'un des objectifs du conseil interministériel de l'outre-mer du 6 novembre 2009, matérialisant le plan santé outre-mer, lancé en juillet 2009. Depuis, près de deux ans plus tard, c'est la perplexité qui règne face aux importants défis à relever dans ce secteur particulièrement fragile.
La conférence inter hospitalière Antilles Guyane réunie les 20, 21 et 22 octobre 2010 a présenté un premier bilan du plan santé outre-mer dans lequel elle faisait part des lenteurs dans l'atteinte des objectifs fixés, notamment dans le financement des opérations des structures sanitaires et dans l'accompagnement de la mise en place de la tarification à l'activité. Or, il y a urgence quand on connaît la situation démographique du département confronté à une croissance exponentielle de sa population, de l'ordre de 3,9 % par an, et à des caractéristiques territoriales qui rendent plus difficiles l'accès égal pour tous aux soins.
Garantir une offre de soins sur l'ensemble du territoire est l'axe prioritaire fixé par l'agence régionale de santé et les collectivités locales. Pour ce faire, il est urgent de mettre en place un véritable plan de rattrapage des équipements sanitaires.
Il aimerait savoir quelles mesures concrètes et véritablement adaptées à cette situation catastrophique le Gouvernement envisage de mettre en oeuvre, conformément à ses engagements pris lors du conseil interministériel de l'outre-mer.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque