Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la filière technologique industrielle

13 ème législature

Question écrite n° 18229 de M. Alain Anziani (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/04/2011 - page 1001

M. Alain Anziani appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur la place accordée aux enseignements de sciences technologiques dans la prochaine réforme de la voie technologique programmée pour la rentrée 2011.
Alors que la désindustrialisation constitue l'une des menaces les plus importantes pesant sur l'économie française, l'enseignement des sciences technologiques et industrielles apparaît plus que jamais essentiel. Les emplois industriels représentent aujourd'hui 25 à 30 % de l'emploi total dans notre pays et offrent donc d'importantes opportunités d'emplois. Par ailleurs, ces filières offrent aux élèves un accès privilégié aux métiers d'ingénieurs ou de techniciens supérieurs qui constituent des voies d'insertion professionnelle importantes, notamment pour les élèves issus de milieux défavorisés.
Dans ce contexte, la voie technologique STI/STL doit donc être particulièrement mise en valeur. La réforme de la voie technologique envisagée pour septembre 2011 remettrait en cause tous les aspects qui font sa force et justifient sa place. Elle perdrait en l'occurrence sa connexion avec l'industrie.
Cette réforme ne manque pas d'inquiéter les enseignants, les représentants des professions concernées et les élus locaux, notamment les régions, qui ont massivement investi dans le développement et l'équipement industriel des lycées technologiques. Aussi, le Conseil supérieur de l'éducation a rejeté par deux fois les propositions du ministère. De même, le Comité interprofessionnel consultatif a émis un avis négatif sur les programmes proposés.
Par ailleurs, la publication tardive des nouveaux programmes et le manque de formation des enseignants font craindre une mise en œuvre de cette réforme néfaste pour les élèves.
En conséquence, il lui demande de suspendre l'application de cette réforme pour la rentrée 2011, afin que puisse s'engager une véritable concertation sur l'avenir de la filière technologique, avec tous les acteurs concernés.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale



La question est caduque