Allez au contenu, Allez à la navigation

Déclin des classes de découverte

13 ème législature

Question écrite n° 18311 de M. Thierry Repentin (Savoie - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2011 - page 1081

M. Thierry Repentin attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur le déclin que connaissent les classes de découverte depuis plusieurs années. En effet, des études mettent en évidence la diminution du nombre et de la durée des séjours effectués. Une mission avait été confiée en 2004 à un député pour identifier les obstacles auxquels elles se heurtent et les facteurs permettant de défavoriser leur développement. Des propositions avaient été faites, notamment d'inscrire un projet de classe de découverte dans la scolarité de l'enfant, de faciliter les relations avec les inspections académiques, en particulier sur les contrôles de l'encadrement et de l'hébergement de l'enfant, de trouver des moyens de contribuer à surmonter le coût que peut représenter un séjour en classe de découverte, de faciliter l'agrément des hébergeurs. Par ailleurs, l'Association nationale des élus de la montagne a proposé de désigner, dans chaque commune émettrice ou réceptrice de classes de découverte, un référent, nommé ambassadeur local, afin de faire l'interface entre la commune émettrice et les acteurs locaux concernés par l'organisation des classes de découverte, lors de la préparation des séjours et durant leur déroulement. Compte tenu de l'enjeu que représente le maintien des classes de découverte, il souhaite connaître les mesures qu'entend prendre le Gouvernement pour les développer.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 26/04/2012 - page 1020

Le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative attache une grande importance au développement de la mobilité des élèves, et dans ce contexte, à l'essor des classes de découvertes, tant dans le premier que dans le second degré. Dans le premier degré, depuis le constat de diminution du nombre et de la durée des classes de découvertes, fait en octobre 2003, le ministre s'est réellement investi dans le projet de relance de ce type de sortie. Ainsi, parallèlement à la mission parlementaire confiée par le Premier ministre à Madame Béatrice Pavy, député de la Sarthe, relative aux classes de découvertes, sorties pédagogiques et voyages scolaires, le ministre a réuni des groupes de travail sur ce thème, qui ont proposé un certain nombre d'améliorations pédagogiques et organisationnelles à mettre en œuvre. La circulaire n° 2004-110 du 8 juillet 2004 relative à la généralisation d'une éducation à l'environnement pour un développement durable (EEDD) à la rentrée 2004 a eu un effet d'amorce en précisant que les classes de découvertes constituent un cadre particulièrement favorable au développement, chez les élèves, de la sensibilité, de l'initiative, de la créativité, du sens des responsabilités et de l'action. Surtout, la synthèse des résultats des travaux des groupes de travail et des préconisations du « rapport Pavy » (remis en juin 2004) ont conduit à la publication de la circulaire n° 2005-001 du 5 janvier 2005 relative aux séjours scolaires courts et classes de découvertes dans le premier degré, afin de redonner à ces sorties une impulsion « à la mesure des bénéfices que les élèves peuvent retirer de cette expérience éducative et pédagogique unique ». Ce texte définit les classes de découvertes comme des outils au service de la réussite des élèves et donne des précisions sur la préparation pédagogique de la sortie, son déroulement, son exploitation au retour et son articulation avec les programmes d'enseignement. Il insiste également sur le rôle du maître et le soutien qui lui est apporté et sur la prise en compte des préoccupations des familles. Enfin, il clarifie certains points de la circulaire n° 99-136 du 21 septembre 1999 relative à l'organisation des sorties scolaires dans les écoles maternelles et élémentaires publiques pour en faciliter l'organisation (formation et accompagnement des équipes pédagogiques, compétences respectives des directeurs académiques des services de l'éducation nationale des départements d'origine et d'accueil, contrôle des structures d'accueil des élèves). Afin d'autoriser les classes de découvertes, les services départementaux de l'éducation nationale s'appuient sur ces circulaires clés, qui apportent toutes les indications attendues par les responsables de ces classes. Certaines d'entre elles proposent aussi des documents très complets rappelant les précisions réglementaires et des informations locales (répertoire départemental des structures d'accueil, par exemple) aux écoles afin de les guider dans l'élaboration de leur projet de classe de découvertes. Ainsi, à travers les nombreux outils qu'il met à disposition des enseignants afin de faciliter et d'encourager l'organisation des classes de découvertes, le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative réaffirme l'importance qu'il accorde à cette thématique. Par ailleurs, le ministre a désigné au sein de son cabinet un interlocuteur « classes de découvertes » et a installé le 26 juillet 2011 un groupe de travail, avec les principaux acteurs concernés (dont l'ANEM mais aussi les élus du littoral) qui s'est déjà réuni deux fois.