Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des pharmacies d'officine

13 ème législature

Question écrite n° 18360 de M. Jean-Marc Todeschini (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/04/2011 - page 1084

Rappelle la question 15286

M. Jean-Marc Todeschini rappelle à Mme la secrétaire d'État chargée de la santé les termes de sa question n°15286 posée le 30/09/2010 sous le titre : " Situation des pharmacies d'officine ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la santé

publiée dans le JO Sénat du 04/08/2011 - page 2060

Les difficultés dont font état les pharmaciens d'officine sont liées à la maîtrise des dépenses de médicaments ayant pour effet de réduire la dynamique de croissance de leurs marges sur les médicaments remboursables, celles-ci représentant plus de 80 % des marges des officines. Sur la période de 2000-2006, les revenus des pharmaciens titulaires ont certes diminué. Toutefois, il n'est pas possible d'évaluer le ralentissement du chiffre d'affaires et des marges de manière précise ni de caractériser les pharmacies les plus touchées. Par ailleurs, si, en 2010, 140 procédures collectives ont été recensées, elles ne concernent qu'un nombre limité d'officines, inférieur à 1 % des officines. En outre, le maillage officinal français reste caractérisé par une forte densité (plus de 22 000 pharmacies) particulièrement en zone urbaine, contribuant à accentuer ces difficultés. C'est pourquoi la loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 a prévu des mesures de restructuration du réseau, tout en préservant la qualité de son maillage territorial permettant ainsi de favoriser les regroupements et limiter leur nombre. Afin d'objectiver les difficultés rapportées par les pharmaciens, de compléter le dispositif existant sur les restructurations et envisager la rémunération de nouvelles missions, le ministre du travail, de l'emploi et de la santé a saisi à l'inspection générale des affaires sociales (IGAS). Le rapport a été publié le 29 juin 2011.