Allez au contenu, Allez à la navigation

Détention de deux journalistes français en Afghanistan

13e législature

Question écrite n° 18383 de Mme Odette Herviaux (Morbihan - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2011 - page 1133

Mme Odette Herviaux attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur l'inquiétude qui est celles des proches de Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, tous deux journalistes de France 3, enlevés alors qu'ils réalisaient un reportage pour le magazine « Pièces à conviction » en Afghanistan, le 29 décembre 2009. L'enlèvement des deux journalistes français et de leurs trois accompagnateurs afghans a eu lieu sur une route de la province de Kapisa (est).
Presqu'un an et demi plus tard, ces cinq personnes sont toujours détenues.
Elle lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles dispositions le Gouvernement met en œuvre pour leur libération et souhaiterait connaître l'impact des actuelles opérations militaires menées dans la vallée de Kapisa sur leur détention.
Elle est consciente que des informations touchant à la diplomatie et aux négociations éventuellement engagées ne peuvent être révélées. Néanmoins, elle souhaiterait savoir si celles se trouvant en sa possession pourraient amener à espérer une libération proche.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 06/10/2011 - page 2553

La libération d'Hervé Ghesquière et de Stéphane Taponier, retenus en otage en Afghanistan, est intervenue le mercredi 29 juin après 547 jours de détention. Durant toute cette période, à Paris, les services compétents du ministère des affaires étrangères et européennes et du ministère de la défense ont suivi étroitement la situation de ces deux ressortissants français, de leurs accompagnateurs et de leurs familles en France. Sur place et depuis le premier jour de l'enlèvement, l'ambassade de France à Kaboul, en étroite liaison avec les forces françaises, a coordonné les actions à même de conduire à la libération de nos compatriotes. L'ensemble des moyens disponibles ont ainsi été mobilisés en coordination avec les autorités afghanes, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour parvenir à la libération sains et saufs et en bonne santé de nos compatriotes.