Allez au contenu, Allez à la navigation

Scolarisation des enfants en situation de handicap

13 ème législature

Question écrite n° 18407 de M. Bernard Piras (Drôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/05/2011 - page 1140

M. Bernard Piras attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur la scolarisation des enfants en situation de handicap.
En effet, de nombreux élèves ne bénéficient toujours pas des modalités de scolarisation notifiées par les maisons départementales des personnes handicapées, que ce soit au niveau des temps de scolarisation, d'adaptation et d'accompagnement.
Face à cette situation, il est demandé, d'abord, de recentrer l'évaluation de la compensation humaine sur les besoins de l'élève, cette évaluation devant se faire de façon fine au sein des MDPH. Ensuite, il est requis de donner à l'Éducation nationale les moyens d'accueillir tous les élèves à besoins spécifiques à travers la formation initiale et continue des enseignants et la création de dispositifs d'aides adaptés, individuels ou collectifs. Enfin, il est nécessaire de repenser la compensation humaine dans le milieu scolaire de façon différente. Il faut sortir du schéma exclusif : « chaque situation de handicap nécessite un AVS individuel ». L'accompagnement doit faire intervenir la complémentarité des différents acteurs de terrain, internes ou externes à l'Éducation nationale.
Il lui demande de lui indiquer les mesures que le Gouvernement entend prendre pour atteindre rapidement ces objectifs.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 11/08/2011 - page 2126

L'article L. 111-1 du code de l'éducation dispose que le droit à l'éducation est garanti à chacun. L'article L. 112-1 du même code dans sa rédaction issue de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées précise que pour satisfaire à cette obligation, le service public de l'éducation assure une formation scolaire, professionnelle et supérieure aux enfants, adolescents et aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant. Le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative est particulièrement attaché à permettre la réalisation effective de ce droit et l'ensemble des actions qu'il conduit dans le domaine de la scolarisation des élèves handicapés vise à permettre à tous les enfants et adolescents handicapés d'accéder à la solution de scolarisation la plus adaptée à leurs besoins et aux accompagnements nécessaires à la réussite de leur parcours de formation. Les effectifs d'élèves handicapés scolarisés des premier et second degrés s'accroissent, surtout dans le second degré : 155 361 élèves à la rentrée 2006, 201 388 élèves à la rentrée 2010, dont 126 294 dans le premier degré et 75 094 dans le second degré. La scolarisation dans les dispositifs collectifs (CLIS et ULIS) progresse également : on compte 4 194 CLIS (public + privé) à la rentrée 2010, soit une progression de 72 CLIS (+ 1,7 %) depuis l'année dernière, scolarisant 42 985 élèves (41 051 à la rentrée 2009). Quant aux ULIS, l'objectif fixé à la rentrée 2005 de 200 ouvertures par an pour atteindre 2 000 ULIS à la rentrée 2010 a été dépassé : 1 009 ULIS à la rentrée 2006, 1 239 à la rentrée 2007, 1 548 à la rentrée 2008, 1 852 à la rentrée 2009, et 2 120 à la rentrée 2010, soit 268 ouvertures (+ 14,5 %) depuis la dernière rentrée. Ce sont 20 229 élèves qui bénéficient d'une scolarisation en ULIS à la rentrée 2010 (l'effectif de celles-ci a plus que doublé depuis la rentrée 2006). Un nombre non négligeable d'ULIS est implanté en lycée et surtout en lycée professionnel (276 sur 2120, soit 13 % de l'ensemble des ULIS). Le nombre des enseignants référents (personnes physiques) des premier et second degrés est de 1 478 à la rentrée 2010. Il était de 1 391 à la rentrée 2009 et 1 307 à la rentrée 2008, ce qui représente, sur la période des rentrées 2008-2010, 171 référents supplémentaires. La mise en oeuvre de la coopération prévue par le décret n° 2009-378 du 2 avril 2009 entre le secteur médico-social et les établissements scolaires fait l'objet d'une attention particulière de la direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO) et de la direction générale de la cohésion sociale (DGCS). Un premier état des lieux est en cours de réalisation au travers d'une enquête commune des deux directions et de rencontres avec des agences régionales de santé et des responsables académiques. Il est destiné à évaluer le niveau de mise en oeuvre et à repérer les éventuelles difficultés rencontrées. L'accompagnement individuel des élèves handicapés par les auxiliaires de vie scolaire (AVS-i) a été renforcé. Deux conventions-cadres ont été signées avec des associations nationales, dans le champ du handicap ou dans celui de l'aide à la personne, permettant aux AVS-i de poursuivre leur activité dans un cadre renforcé. Afin de mieux répondre aux besoins d'accompagnement des élèves handicapés, la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), en lien avec le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative a élaboré un document permettant une évaluation individuelle des besoins d'accompagnement. Ce document est en cours d'expérimentation dans une demi-douzaine de MDPH afin d'en tester la pertinence. À l'issue de cette phase d'expérimentation, une évaluation sera faite afin d'envisager l'extension de cette procédure à toutes les MDPH.