Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en vente de manuscrits de Robespierre

13e législature

Question écrite n° 18556 de M. Antoine Lefèvre (Aisne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 19/05/2011 - page 1286

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la mise en vente, à Paris, d'un ensemble de documents de travail écrits par Robespierre pendant la Terreur, entre janvier 1792 et juillet 1794. Ces manuscrits de premier plan, composés de 113 pages de brouillons, documents barrés et corrigés de la main de Maximilien de Robespierre, contiennent, entre autres, les premiers jets du « Discours des Jacobins sur la Guerre », prononcé le 25 janvier 1792 et du texte prononcé la veille de sa mort, le « Discours du 8 Thermidor », le 26 juillet 1794.
Ces documents font partie du patrimoine historique, politique et national de notre pays, et ne doivent pas pouvoir être acquis par des intérêts privés, voire partir à l'étranger. Il lui demande donc si l'État envisage d'exercer son droit de préemption sur ces documents qui manquent aux collections de manuscrits aussi bien des Archives nationales que de la Bibliothèque nationale de France (BNF), et sur lesquels les historiens souhaitent pouvoir se pencher et étudier le cœur de la machine de ce gouvernement révolutionnaire.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2011 - page 1793

Le ministre de la culture et de la communication a été sensible, comme l'ensemble de ses concitoyens, à la valeur historique et patrimoniale majeure des documents autographes de Maximilien Robespierre ainsi que de ceux concernant la famille Le Bas, proposés lors de la vente aux enchères chez Sotheby's le 18 mai dernier. L'État a exercé son droit de préemption au bénéfice des Archives de France sur ces écrits. Le ministre se réjouit que cette disposition, qui n'existe qu'en France, ait pu permettre d'éviter leur exil à l'étranger. Ces manuscrits, qui devraient rejoindre les archives nationales, seront numérisés et constitueront, avec l'acquisition récente du texte inédit Finances, un ensemble patrimonial précieux de l'histoire de la Révolution française.