Allez au contenu, Allez à la navigation

La rentrée scolaire

13e législature

Question crible thématique n° 0228C de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 29/06/2011 - page 5477

Concerne le thème :La rentrée scolaire

M. Alain Fouché. La perspective de la rentrée prochaine relance la question des rythmes scolaires, souvent dénoncés comme trop soutenus pour les enfants.

Notre système repose actuellement sur des journées longues et fatigantes, des semaines de quatre jours inadaptées et une année scolaire déséquilibrée. (Marques d'approbation sur les travées du groupe socialiste.)

M. Claude Bérit-Débat. C'est vrai !

M. Alain Fouché. À l'échelon européen, c'est en France que l'année scolaire est la plus courte, tandis que la journée de classe est parmi les plus longues.

M. Yannick Bodin. Exact ! C'est la politique de Darcos !

M. Alain Fouché. Le prérapport sur les rythmes scolaires a souligné la volonté de changement presque unanime des personnes auditionnées.

À cet égard, vous avez décidé, monsieur le ministre, d'innover à la rentrée scolaire de 2010 en menant des expérimentations dans certains établissements, qui visent à consacrer la matinée aux cours et la seconde partie de la journée aux sports.

Avec l'adhésion des équipes enseignantes et des parents d'élèves, cent vingt-quatre collèges et lycées, dans toute la France, ont mis en place ce nouveau rythme scolaire, chacun à sa manière. Le mois dernier, monsieur le ministre, vous avez rendu compte de l'évaluation de ces expérimentations. La direction générale de l'enseignement scolaire a notamment souligné que « la motivation et l'assiduité des élèves ont fortement progressé ». Fort de ce résultat, vous avez décidé d'étendre dès septembre prochain le dispositif à cent vingt-cinq autres établissements, sur la base du volontariat.

M. Yannick Bodin. Combien en sont exclus ?

M. Alain Fouché. Des études expérimentales menées sur les systèmes éducatifs canadien ou allemand font état d'effets positifs d'une telle organisation du temps scolaire sur le comportement social de l'élève, mais elles démontrent également que le gain peut être discutable en termes de résultats scolaires, dès lors que l'on diminue le temps d'apprentissage au profit du sport.

Je souhaiterais donc savoir quel objectif vous visez, monsieur le ministre, au travers de ce dispositif et quelles dispositions vous comptez prendre dès la rentrée de septembre 2011 pour inscrire cette innovation dans une véritable refonte des rythmes scolaires.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 29/06/2011 - page 5477

M. Luc Chatel, ministre. Monsieur le sénateur, les petits Français passent en effet plus de temps à l'école que leurs camarades allemands, britanniques ou américains, et ce temps est concentré sur un nombre de jours plus restreint. Ainsi, un élève français du primaire passe cent quarante-quatre jours à l'école, contre cent soixante-quatorze à cent quatre-vingts jours en moyenne pour les enfants vivant dans d'autres pays développés membres de l'OCDE. J'ai donc décidé d'engager un travail de fond, dans le cadre de la conférence nationale sur les rythmes scolaires, qui regroupe non seulement des professionnels de l'éducation nationale et des élus, mais aussi des représentants de l'ensemble des acteurs concernés, parce que l'organisation de l'école a des conséquences sur le fonctionnement de la société tout entière. La semaine prochaine, le comité de pilotage me rendra son rapport et je présenterai un certain nombre de propositions, après avoir entendu les différentes parties prenantes. Comme vous l'avez rappelé, nous avons engagé sans attendre une expérimentation en matière de rythmes scolaires, faisant une plus grande place aux activités sportives : cent vingt-quatre collèges et lycées sont concernés cette année. Leurs élèves bénéficient, en moyenne, de cinq heures supplémentaires d'activités culturelles ou sportives. Nous avons mené une enquête auprès des chefs d'établissement concernés par cette expérimentation : 73 % d'entre eux indiquent que les élèves ont gagné en motivation, 60 % estiment que leur assiduité a augmenté et que le climat scolaire s'est amélioré. Plus intéressant encore, 42 % des chefs d'établissement déclarent que les résultats scolaires se sont améliorés. Sans attendre, j'ai donc décidé d'étendre cette expérimentation dès la rentrée prochaine, en doublant le nombre de classes concernées et en développant des partenariats avec les associations et un certain nombre de fédérations sportives. J'ai ainsi récemment signé une convention avec la Fédération française de rugby. Mme Françoise Cartron. Qui va payer les installations sportives ? M. Claude Bérit-Débat. Qui va payer les frais de transport ? M. Luc Chatel, ministre. L'objectif est de permettre à nos élèves de bénéficier de davantage d'activités sportives : le sport et l'école partagent les mêmes valeurs ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP.) M. le président. La parole est à M. Alain Fouché, pour la réplique. M. Alain Fouché. Monsieur le ministre, je vous remercie de votre réponse. Cette expérimentation, au vu de ses résultats, mérite effectivement d'être développée.