Allez au contenu, Allez à la navigation

Sécurité

13e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0665G de Mme Samia Ghali (Bouches-du-Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/06/2011 - page 4694

Mme Samia Ghali. Il ne se passe pas de mois, ni même de semaine, sans que des actes de délinquance grave et de grande violence viennent bouleverser la vie de nos concitoyens et dévoiler l'échec complet de la politique du Gouvernement en matière de sécurité publique. (Murmures sur les travées de l'UMP.)

Sevran, Corbeil-Essonnes, Marseille… Les événements de ces derniers jours illustrent cruellement les faiblesses désastreuses de cette politique. Depuis dix ans, nous avons droit à de grands discours sur la sécurité, à des déplacements spectaculaires et surmédiatisés des ministres de l'intérieur successifs, à un empilement de lois sécuritaires, tout cela ne débouchant sur aucun résultat.

Derrière cette agitation, quelle est la réalité ?

On constate une baisse des moyens de la police et de la gendarmerie, qui s'est accélérée depuis 2007. Ainsi, 10 792 postes de policier ou de gendarme ont été supprimés ! La population est de plus en plus démunie et désespérée face à une délinquance de plus en plus violente.

Tous les élus, de droite comme de gauche, confrontés à la réalité du terrain savent que les gendarmes et les policiers sont débordés. Il n'est nul besoin de disserter sur les statistiques de l'Observatoire national de la délinquance pour constater l'augmentation du nombre des actes de violence !

Je suis maire des arrondissements de Marseille, le 15e et le 16e, où les drames se sont succédé ces derniers mois à un rythme insupportable et indigne de notre République.

M. Christian Cambon. Que fait le maire ? (Rires sur les travées de l'UMP.)

M. David Assouline. Taisez-vous !

Mme Samia Ghali. C'est M. Gaudin !

Au mois de mars dernier, j'avais déjà interpellé, ici même, le prédécesseur de M. Guéant sur une situation qui ne cesse de se dégrader. La surdité dont fait preuve le Gouvernement s'apparente à de la non-assistance à personne en danger.

MM. Roland Courteau et René-Pierre Signé. Très bien !

Mme Samia Ghali. Nés d'un sentiment d'abandon, les réflexes malheureux d'autodéfense se multiplient, et nous risquons d'entrer dans une spirale que plus personne ne pourra maîtriser.

Vous brocardiez la police de proximité ; dix ans après, vous la ressuscitez en créant des « patrouilleurs ». Que de temps perdu !

Avec le rapport Ciotti, vous donnez aux Français un nouvel os à ronger, mais ce que veulent nos concitoyens, ce sont des résultats, et vous n'en avez pas !

M. Guy Fischer. C'est vrai !

Mme Samia Ghali. Ils veulent des actes concrets,…

M. David Assouline. Eh oui !

M. René-Pierre Signé. Ça va changer !

Mme Samia Ghali. … et vous n'en posez aucun !

Ma question est simple : combien de policiers et de gendarmes supplémentaires seront-ils recrutés pour faire suite à ce rapport ? (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)



Réponse du Ministère chargé de l'outre-mer

publiée dans le JO Sénat du 10/06/2011 - page 4694

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargée de l'outre-mer. Madame la sénatrice, je vous prie tout d'abord d'excuser l'absence de M. Guéant, qui se trouve actuellement à Bruxelles.

Le Président de la République et le Gouvernement manifestent tous les jours leur détermination à faire de la sécurité une des premières priorités de leur action. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

M. David Assouline. C'est un échec, alors !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Raté !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. Le ministre de l'intérieur s'est ainsi déplacé à Marseille, le 5 mai dernier, pour constater la situation au côté de M. Jean-Claude Gaudin. Il a pris, vous le savez, des décisions très importantes.

Il a ainsi décidé de renforcer les services de police judiciaire,…

M. Jean-Pierre Michel. C'est faux !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. … en y affectant trente-neuf policiers supplémentaires, qui seront opérationnels dès le mois de septembre.

Dans le cadre de la création de la police d'agglomération, qui interviendra le 1er août prochain, ce sont cent policiers supplémentaires qui viendront renforcer la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône.

Outre les effectifs, les méthodes de travail doivent aussi évoluer. À cet égard, les patrouilleurs, dont le nombre augmentera, auront vocation à renforcer le lien avec la population et surtout d'accroître la visibilité des forces de l'ordre. (Vives exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

M. René-Pierre Signé. C'est nul, archinul !

Mme Éliane Assassi. On veut des actes !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. Ils auront pour mission de prévenir, de dissuader, de renseigner et par-dessus tout d'interpeller les délinquants.

Cet engagement de l'État s'accompagne d'une politique volontariste des villes, qui doivent être des partenaires, notamment à travers un plan ambitieux de vidéoprotection,…

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Cela ne sert à rien !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. … financé à hauteur de 50 % par l'État,…

Mme Éliane Assassi. C'est de l'argent perdu !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. … et un renforcement de la police municipale.

Tels sont, très concrètement, madame la sénatrice, les axes de notre mobilisation en faveur de la sécurité.

M. Roland Courteau. Paroles, paroles !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. Ces mesures témoignent de la détermination du Président de la République et du Gouvernement à lutter contre toutes les formes de délinquance,…

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Affichage !

Mme Marie-Luce Penchard, ministre. … afin de garantir aux Français, en particulier aux Marseillais, la première des libertés, à savoir la sécurité ! (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l'UMP.)