Allez au contenu, Allez à la navigation

Sécurité alimentaire

13e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0670G de Mme Valérie Létard (Nord - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 24/06/2011 - page 5259

Mme Valérie Létard. Ma question s'adresse à M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé.

Monsieur le ministre, alors que quatre enfants restent encore hospitalisés à Lille, victimes d'une bactérie de la famille Escherichia coli particulièrement virulente, nous avons appris hier la décision d'une société de transformation du Sud-Ouest de rappeler sa production, après la détection d'un lot de viande suspect.

La contamination constatée dans le département du Nord a immédiatement donné lieu à une enquête conjointe de l'agence régionale de santé et de l'Institut national de veille sanitaire, qui a cerné la provenance des lots avariés et demandé leur retrait.

Si l'alerte sanitaire a bien fonctionné, la survenue de cette contamination, après d'autres cas, notamment dans la restauration rapide, pose la question de la sécurité sanitaire des produits fragiles comme la viande hachée. Celle-ci doit être garantie par différents types de mesures : la réglementation, les procédures de contrôle, la formation des personnels manipulant ces produits et celle des consommateurs.

Monsieur le ministre, disposez-vous aujourd'hui d'informations plus précises sur l'origine de ces contaminations ? Comptez-vous améliorer la diffusion de l'information en matière d'hygiène ? Vous avez annoncé le lancement d'un programme de recherche pour mieux lutter contre ces bactéries : quels moyens allez-vous y consacrer ? Enfin, ne faudrait-il pas développer une vigilance particulière en période estivale, où les risques sont accrus ? (Applaudissements sur les travées de l'Union centriste et sur quelques travées de l'UMP.)



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 24/06/2011 - page 5259

M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé. Madame la sénatrice, vous avez raison de le préciser, il faut prendre des précautions renforcées pendant l'été. En effet, en raison de la température plus élevée, les conditions de stockages doivent être sécurisées afin que nous ne nous retrouvions pas dans une situation aggravée.

Au moment où je vous parle, nous travaillons main dans la main avec les services de Bruno Le Maire, notamment la direction générale de l'alimentation, avec ceux de Frédéric Lefebvre, en particulier la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, pour faire toute la lumière sur l'origine de ces contaminations. Aujourd'hui, en ce qui concerne les cas de SHU – syndrome hémolytique et urémique – recensés à Lille, dans votre département, où je me suis rendu vendredi dernier, il est établi que la même souche bactérienne a été détectée chez ces enfants et dans les steaks hachés incriminés.

En revanche, rien ne nous permet encore de savoir où et comment ces produits ont été contaminés. Voilà pourquoi tous les services s'attachent à déterminer si la contamination est intervenue sur le lieu de provenance de la viande ou à un autre moment de la chaîne de transformation et de distribution.

Vous avez eu raison de souligner que l'alerte avait fonctionné. En me rendant sur place, j'ai pu constater que le CHU Jeanne-de-Flandres, à Lille, disposait bien de tous les moyens nécessaires pour faire face éventuellement à une accélération de cette épidémie. Toutefois, le nombre des cas recensés depuis la semaine dernière n'a pas varié.

Vous avez également eu raison de souligner que nous avions besoin de renforcer l'information dans ce domaine. J'ai tenu la semaine dernière une réunion de travail, en liaison avec le directeur général de Lidl, pour qu'il déploie un effort accru de communication. Une newsletter a été envoyée à 900 000 des clients de l'entreprise, selon ce qui m'a été indiqué, car les affichettes placées à l'entrée des magasins ne suffisaient pas.

Nous devons veiller à bien préciser les règles de prudence, car les produits en cause ne sont généralement pas consommés dans les heures ou les jours qui suivent leur achat. Les steaks hachés surgelés, en particulier, sont plutôt voués à être stockés dans les congélateurs, et il ne faudrait pas qu'on ait oublié, lorsqu'ils en seront ressortis dans quelques semaines ou quelques mois, que certains sont susceptibles d'être contaminés. Je rappelle que les lots de viande hachée concernés sont ceux de la marque SEB produits les 10, 11 et 12 mai 2011 : il faut donc s'abstenir de les consommer afin de s'entourer du maximum de garanties.

Vous le disiez à l'instant, nous connaissons chaque année une centaine de cas de SHU : un certain nombre de cas nous ont été signalés dans le Sud-Ouest et nous sommes en train de procéder à toutes les investigations nécessaires afin de savoir quel type de bactérie pourrait être en cause. Il est important de diffuser toutes les informations, bien sûr, mais aussi de préciser que les produits surgelés de cette sorte, notamment la viande hachée, doivent être très bien cuits et que les règles d'hygiène s'imposent en toutes circonstances.

Pour le reste, nous mettrons tous les moyens nécessaires à disposition du programme de recherche. Il ne s'agit pas de constater simplement qu'une bactérie apparaît et disparaît, il faut combattre toutes celles qui sont dangereuses ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP. – Mme Valérie Létard applaudit également.)