Allez au contenu, Allez à la navigation

Compétences d'une communauté d'agglomération en matière d'expropriation

13e législature

Question écrite n° 18902 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2011 - page 1527

Rappelle la question 17912

M. Jean Louis Masson rappelle à M. le ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration les termes de sa question n°17912 posée le 31/03/2011 sous le titre : " Compétences d'une communauté d'agglomération en matière d'expropriation ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour. Il s'étonne tout particulièrement de ce retard important et il souhaiterait qu'il lui indique les raisons d'une telle carence.

Transmise au Ministère chargé des collectivités territoriales



Réponse du Ministère chargé des collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2011 - page 1716

Les immeubles du domaine privé des collectivités publiques peuvent être expropriés de la même façon que s'ils appartenaient à un particulier (CE, 8 août 1990, n° 66644). En revanche, les immeubles du domaine public des collectivités territoriales étant inaliénables, ils ne peuvent jamais faire l'objet d'une expropriation sauf si la collectivité procède préalablement au déclassement de son bien pour le faire entrer dans son domaine privé. Il est cependant possible pour les personnes publiques de céder à l'amiable à une autre personne publique, sans déclassement préalable, les biens relevant de leur domaine public, lorsqu'ils sont destinés à l'exercice des compétences de la personne publique qui les acquiert et relèveront de son domaine public (art. L. 3112-2 du code de la propriété des personnes publiques). En cas de refus de la collectivité propriétaire de procéder au déclassement de son bien ou de le céder à l'amiable, il peut être fait usage des dispositions de l'article L. 11-8 du code de l'expropriation. Aux termes de cet article, le domaine public autre que celui de l'État peut faire l'objet d'un transfert de gestion au profit du bénéficiaire de la déclaration d'utilité publique. Dans cette hypothèse, l'arrêté de cessibilité emporte transfert de gestion des dépendances du domaine de la personne publique propriétaire autre que l'État au profit du bénéficiaire de l'acte déclaratif d'utilité publique, pris conformément à l'article L. 11-2 du code précité. Cette procédure n'entraîne pas un changement de propriété car la personne publique retrouve le plein exercice de son droit de propriété en cas de désaffectation, mais, tant que durera l'affectation décidée par la puissance publique, la personne publique propriétaire ne pourra pas exercer les prérogatives essentielles liées à son droit de propriété.