Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression du Conseil de la création artistique

13e législature

Question écrite n° 18995 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/06/2011 - page 1565

Mme Maryvonne Blondin attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la suppression du Conseil de la création artistique.
Après seulement deux ans d'existence, le Conseil de la création artistique a été supprimé par le Président de la République le 29 avril 2011, par le décret n° 2011-598 du 27 mai 2011 portant abrogation du décret n° 2009-113 du 30 janvier 2009.
Aucun grief n'a été relevé contre l'efficacité de ce Conseil ni contre son délégué général, Marin Karmitz. Pourtant, cette structure aux missions peu lisibles fut décriée par de nombreux acteurs culturels. Elle aura coûté près de 10 millions d'euros à la collectivité alors que les budgets dévolus à la création artistique par le ministère de la culture et de la communication n'ont cessé de diminuer. Cette somme aurait pu être allouée aux projets des acteurs qui font vivre la culture dans nos territoires, surtout en cette période de crise de financement du spectacle vivant.
Elle lui demande donc quel regard porte aujourd'hui le Gouvernement sur la suppression de ce conseil et le bilan de ses missions éphémères.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 21/07/2011 - page 1927

Le Président de la République a reçu le 29 avril dernier M. Marin Karmitz et les membres du Conseil de la création artistique afin de dresser le bilan des projets expérimentaux auxquels le conseil a prêté son concours. À cette occasion, le chef de l'État a rendu un vif hommage au travail accompli. Il a constaté que les projets en question répondaient aux objectifs assignés au Conseil de la création artistique : encourager le développement et l'excellence de la création artistique française et promouvoir sa diffusion la plus large. Le bilan du Conseil de la création artistique a prouvé que la mobilisation de tous les acteurs de la création autour de projets novateurs avait permis à de jeunes créateurs de trouver un lieu d'expression. L'expérience avait vocation à être temporaire et à explorer des voies d'expression différentes. Le Président de la République a remercié M. Marin Karmitz et tous les membres du conseil de leur engagement dans cette expérience, et a souhaité, au terme de celle-ci, que les pistes ainsi défrichées soient désormais poursuivies et approfondies par le ministère de la culture et de la communication.