Allez au contenu, Allez à la navigation

Les formations du bâtiment en lien avec les récents marchés des énergies renouvelables

13e législature

Question écrite n° 19008 de M. Raymond Vall (Gers - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 16/06/2011 - page 1568

M. Raymond Vall appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur l'ouverture de nouvelles formations en lien avec les récents marchés des énergies renouvelables.
La formation « construction, bois et environnement », définie conjointement par la fédération régionale du bâtiment, l'institut universitaire de technologie d'Auch et le lycée des métiers Le Garros, qui est une licence professionnelle validée par le ministère de l'enseignement supérieur, n'aura pas lieu cette année à l'université Paul Sabatier faute de moyens financiers dégagés pour ce faire. Une hypothétique ouverture en septembre 2012 ne rassure pas le secteur du bâtiment.
La formation de « technicien en énergies renouvelables, option B, énergie thermique » devait s'ouvrir en septembre 2011 mais cette ouverture n'a pas été validée par le rectorat de Toulouse. Cette deuxième formation, mention complémentaire de niveau IV, a tout à fait sa place au lycée des métiers Le Garros car elle apporterait une plus-value importante pour les entreprises locales.
Enfin le projet d'ouverture d'un bac professionnel « agencement de l'espace architectural », censé remplacer le brevet de technicien dans ce même lycée, serait de nature à capter l'intérêt des jeunes mais pourra-t-il voir le jour ?
‘Quand le bâtiment va, tout va' selon le vieil adage. Sans financement de formations actualisées, quelles vont être les voies pour les jeunes intéressés par le secteur du bâtiment pour se former dans les disciplines précitées et quelles mesures les services du ministère de la jeunesse vont-ils prendre pour leur assurer un métier d'avenir ?



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 01/12/2011 - page 3082

Habilitée par l'État, la licence professionnelle « construction bois et environnement » n'a pas été ouverte à la rentrée 2011, dans la mesure où les moyens correspondants n'ont pas été mis en place par l'établissement. Cette question est traitée dans le cadre du dialogue de gestion engagé entre l'université Paul-Sabatier et son IUT, en vue d'une ouverture, sous statut d'étudiants, à la rentrée 2012. Il pourrait également être envisagé un partenariat entre l'IUT et la Fédération du bâtiment pour une ouverture sous contrat d'apprentissage ou de professionnalisation. Le projet présenté par le lycée Le Garros concernant la mention complémentaire « technicien en énergies renouvelables, option B, énergie thermique » n'a en effet pas été retenu. Cependant cette formation est ouverte à la rentrée 2011, au lycée des métiers de l'énergie et de la domotique Charles-de-Gaulle, à Muret et au centre de formation d'apprentis (CFA) du lycée Jean-Dupuy, à Tarbes, en alternance. Concernant le bac professionnel « agencement de l'espace architectural », une seule ouverture sera possible dans un lycée de l'académie. Dans le cadre de la préparation de la rentrée 2012, c'est une logique de filière de formation qui est envisagée. Le choix sera donc de privilégier le lycée des métiers où était le brevet de technicien (BT) abrogé et où est ouvert le brevet de technicien supérieur (BTS) « architecture et environnement ». Enfin, il convient de préciser que l'élaboration de la carte des formations s'effectue dans le cadre du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP). À ce titre, les enjeux en vue du développement des formations professionnelles, tant initiales que continues, ont été rappelés aux recteurs d'académie afin de répondre aux besoins régionaux des secteurs économiques considérés.